Conférence Eco’Choix de St Romain, Jean-Paul Lecoq dénonce les logiques du Libéralisme…

12108779_145233305829358_5531289068815938819_n

Invité aux côtés de Sylvie Barbier par le réseau Eco’Choix, le vendredi 9 octobre, à l’occasion d’une conférence sur les dangers démocratiques des traités internationaux, Jean-Paul Lecoq est longuement revenu sur l’histoire et les logiques du libéralisme. Il a achevé son intervention en appelant à la contre-offensive citoyenne…

« Le libéralisme ne s’assume pas, il ne peut pas s’assumer sans apparaitre sous son vrai visage et être ainsi démasqué pour ce qu’il est : une machine inégalitaire qui oppose les gens, les peuples, les individualisant pour leur couper leur capacité de rébellion, de réaction. Une machine au service de privilégiés, des castes dominantes qui ne sont jamais rassasiées.

Mais le libéralisme porte en lui les germes de sa propre destruction : ses contradictions…

La recherche du profit, la liberté totale de s’enrichir sans limite induit fatalement la concentration et la concentration porte en elle l’impossibilité de maintenir un marché libre et non faussé.

L’activité économique étant en évolution perpétuelle, de nouvelles pratiques, de nouveaux marchés s’ouvrent et se ferment. Aujourd’hui « l’uberisation », « l’I Commerce », les nouvelles technologies apportent au libéralisme un nouveau terrain d’enjeux. Un terrain d’autant plus propice qu’il repose sur l’initiative individuelle. Ces start-up symbolisent le libéralisme triomphant mais leur croissance exponentielle les conduits à devenir rapidement des monstres qui prennent des positions plus que dominantes puisqu’elles frisent le monopole.

Partant du principe que le libéralisme est contraire à l’intérêt de l’homme et des sociétés humaines, partant du principe qu’il est anti-démocratique en cela qu’il détourne et se joue de la démocratie pour servir ses intérêts, la contre attaque doit s’organiser au niveau de la société, au niveau collectif.

Tout d’abord par la prise de conscience du peuple des dangers et des réalités du libéralisme, de ses conséquences présentes et à venir sur la situation de la grande partie de la population. Une prise de conscience qui passe par démasquer les acteurs réels, les promoteurs et les serviteurs de ce libéralisme.

Ensuite par l’action collective, l’action citoyenne, le réveil de la solidarité et de la fraternité pour combattre les inégalités et tendre vers l’égalité.

Ils ont aujourd’hui le pouvoir, nous avons le nombre. Cette formule bien connue résume bien à mon sens la position des forces en présence. La démocratie demeure notre plus belle arme, utilisons là.

Dans les différents contacts que nous avons chaque jour, dans le cercle privé, au travail, à travers les initiatives que nous organisons ou encore sur les réseaux sociaux, c’est là que se joue la bataille de l’opinion, nous devons être présents et parler. Parler pour informer, parler pour dénoncer, parler pour sensibiliser, parler pour convaincre et parler pour agir.

Cette présence active, cet activisme, cette proximité comme cette constance demeurent nos principaux atouts.

L’étude de l’histoire universelle le démontre, rien n’est inéluctable, rien n’est écrit. De la lutte nait l’espoir et l’espoir déplace les montagnes ! »

L’intégralité de l’intervention de Jean-Paul Lecoq… Intervention JPL conf St Romain

Débat de politique départementale du 6 octobre, les élus communistes et républicains sur tous les fronts…

une-dossier-fdg

La situation économique « préoccupante » du Département à l’aube de la préparation de son budget 2016 a mobilisé la majeure partie de l’intervention d’Hubert Wulfranc, au nom du groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche, tiré au sort pour engager le débat politique départementale qui s’est tenu en début de séance. En cause : les politiques d’austérité !

« La France a mal de l’austérité. Le pays est matraqué par les politiques successives des conservateurs hier comme ceux des sociaux libéraux aujourd’hui, appliquant les mêmes recettes, subissant les mêmes échecs, parce cette ordonnance ne soigne pas, elle empoisonne… La richesse progresse mais pas pour tout le monde »… Ainsi pour les élus du Front de Gauche, « le budget départemental 2016 s’annonce probablement comme l’un des plus difficiles de toute son histoire. Et pas seulement en raison du contexte économique et social ou de la rançon réclamée au nom de l’austérité, mais également pour satisfaire les choix dogmatiques de la nouvelle majorité qui privilégie par exemple le remboursement de la dette, à l’investissement ». Ce qui fit dire à Hubert Wulfranc de la nouvelle majorité qu’elle « joue au comptable au lieu d’entreprendre ».

Le résumé du débat ci-joint… Le débat de politique départementale Résumé

Interco en région havraise : pour ouvrir le débat que l’Etat refuse, Jean-Paul Lecoq écrit aux maires

LECOQ

En matière d’intercommunalité, l’Etat remet le couvert en ne tirant visiblement aucun enseignement de ses erreurs passées. Les gouvernements se succèdent, les mêmes logiques demeurent. Il convient coûte que coûte de regrouper les intercommunalités au gré des intérêts politiques du pouvoir en place, sans cohérence, sans réelle concertation des habitants, sans prise en compte des réalités qu’ils vivent au quotidien.

La région havraise s’est déjà vue privée arbitrairement de sa vocation à devenir la métropole de l’Estuaire pour ne pas faire d’ombre à la métropole rouennaise naissante. Ce n’est du reste que partie remise !

Cette fois l’Etat veut marier l’agglomération havraise (237.000 habitants) avec la communauté de communes de Criquetot l’Esneval en grande difficulté budgétaire (16.400 habitants), se refusant à envisager dans le même temps un élargissement vers l’est et la communauté de communes de Saint-Romain, Caux Estuaire (18.000 habitants), qui elle, est autorisée par l’Etat à rester seule.

Jean-Paul Lecoq, Maire de Gonfreville l’Orcher, Vice-Président de l’agglomération havraise et Conseiller Départemental du Havre, vient d’adresser un courrier à l’ensemble des maires concernés pour les appeler à ouvrir le débat et ainsi ouvrir la porte d’une collaboration intelligente que le gouvernement a décidé de laisser fermer à double tour pour ne pas contrarier les élus socialistes.

Pour télécharger la lettre ouverte… Let ouverte JP Lecoq

Secteur de l’aide à domicile : Hubert Wulfranc intervient auprès du Président du Département

Proximité

Le secteur associatif du maintien à domicile (MAD) est confronté à des difficultés structurelles depuis plusieurs années. La Seine Maritime ne fait malheureusement pas exception, l’actualité récente se faisant l’écho des fragilités du secteur.

Dans une lettre ouverte au Président du Département, Hubert Wulfranc, Conseiller Départemental et Président du Groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche, en appelle au Président du Département.

Les besoins sont croissants, les moyens doivent l’être tout autant !

La lettre … LET OUVERTE SOUTIEN AIDE A DOM

Régionales 2015, l’appel des élus du Front de Gauche au Département…

Bandeau de l'appel

Pour amplifier le rassemblement dans une contre-offensive anti-libérale et porter ensemble une alternative politique : citoyens, acteurs du mouvement social, militants ou sympathisants Front de Gauche, écologistes, Nouvelle Donne, NPA, socialistes en rupture avec le social-libéralisme gouvernemental, unissons nos efforts partout en Normandie.

Débattons ensemble, élaborons en commun dans des ateliers, des assemblées citoyennes afin de construire, avec les organisations politiques, un projet régional social, écologiste, féministe et solidaire.

Il est absolument impératif que celles et ceux qui partagent pour l’essentiel les mêmes aspirations soient largement rassemblés sur une même liste.

Les élus communistes et républicains, Front de Gauche, au Département de Seine-Maritime signe et appellent à signer l’appel lancé par le Parti Communiste Français, Ensemble et le Front de Gauche…

* Le texte de l’appel à télécharger… adresse résister unir construire en Normandie

* Pour renvoyer votre appel signé : Groupe Front de Gauche – Département de Seine Maritime – 16 quai Corneille 76000 Rouen ou par mail auprès de sebastien.giard@seinemaritime.fr

Crise agricole, rassemblement de Forges-les-Eaux, la position cohérente des élus communistes au Département…

photo-1438856392-397717

Le groupe des élus communistes et républicains, Front de Gauche, au Département de Seine-Maritime rend publique la réponse adressée par leur Président Hubert Wulfranc à la FNSEA 76 et aux Jeunes Agriculteurs 76 suite à l’invitation à participer au rassemblement prévu à Forges-les-Eaux, le mercredi 26 août, dans le cadre de la crise qui frappe le monde agricole. Une prise de position claire et cohérente qui se singularise de la simple solidarité inactive ou impuissante exprimée par les autres élus de Droite comme du PS…

Lire le courrier de propositions SKM_224e15082515190-3

 

Tribune du mois de septembre 2015 : Vaincre ensemble le poison de l’austérité

QuickSign_S1111
L’austérité est une maladie qui gangrène le pouvoir politique en lui ôtant sa faculté à agir dans l’intérêt général des populations qu’il se doit pourtant de servir, de défendre, d’entendre.
Notre République, ses valeurs, notre modèle de société sont clairement menacés par cette austérité qui, sans sursaut citoyen et de leurs élus toute sensibilité confondue, va finir par détruire le bien vivre ensemble : la santé est rationnée, les hôpitaux devant appliquer des logiques comptables bien éloignées de l’intérêt des malades ; l’école est privée des moyens pour assurer ses missions pour tous et partout ; les collectivités sont étranglées par une baisse sans précédent des dotations de l’Etat ; la culture est sacrifiée…
Face à ces réalités qui s’aggravent, comme la situation d’un nombre croissant de nos concitoyens, l’association des Maires de France appelle à la mobilisation générale pour dire stop, avant qu’il ne soit trop tard, à un Gouvernement qui a perdu de vue ce pourquoi il a été élu.
Les Grecques ont su résister et se rebeller contre les logiques libérales au pouvoir en Europe, les Espagnols sont prêts à les rejoindre, les Français doivent le faire. Nous appelons les Seinomarins à se joindre aux initiatives conduites dans notre Département en ce mois de septembre pour sauver les services publics, leurs communes et leur Département.

Télécharger la tribune… : Tribune 2015 09

Tribune de juillet 2015 : Pas de République sans égalité et fraternité !

panneau-liberte-egalite-fraternite-copy

Pas de République sans égalité et fraternité

Elus du Front de Gauche, nous sommes Républicains comme tous les autres élus de notre assemblée départementale.

Pourtant l’UMP visiblement mal à l’aise dans ses baskets libérales, vient de se rebaptiser Les Républicains pour détourner, confisquer à son profit les valeurs d’une République à laquelle sont fortement attachés nos concitoyens.

Ce relooking ne trompera personne car être Républicain ne prend pas le même sens selon que l’on soit de Gauche ou de Droite. La Droite réduit la République à la seule valeur Liberté – la liberté du renard libre dans le poulailler -, quand la Gauche accompagne la Liberté par ses sœurs : l’Egalité et la Fraternité.

Agir pour la liberté bien sûr, mais pour celle qui entend protéger les droits individuels et collectifs en ne laissant personne sur le bord du chemin, pas pour celle qui casse les boucliers sociaux, déréglemente et considère que tout s’achète et se vend, que tout est marchand, afin qu’une petite minorité se goinfre toujours plus sur le dos de tous les autres.

La République de Sarkozy, nous y avons déjà goûtée, elle a laissé un goût bien amer pour des millions de Français, demandeurs d’emploi, salariés, retraités, classes moyennes… malmenés, matraqués, indignés. A l’échelle départementale comme au plan national, nous portons quand à nous une autre voie, pour une autre politique plus conforme à l’esprit de notre République sociale.

Pour télécharger le texte… tribune

CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée) : Les Communes et les Départements dans le viseur !

justice_fiscale

Dans son empressement à créer, dans le dos du peuple qui n’aura même pas été consulté, de nouvelles régions mastodontes pour plaire à Bruxelles toujours soucieux d’éloigner les gens des centres de décision, de concentrer, d’agglomérer, le Gouvernement avait oublié un point essentiel : leur financement !

Plus grandes, dotées de nouvelles compétences permettant à l’Etat de se défausser davantage de ses missions, les nouvelles Régions auront besoin de carburant. Personne n’ose imaginer leur financement par une augmentation des impôts locaux qui ont atteint un niveau insupportable. Ce notamment parce que l’Etat ne cesse de diminuer, par ses choix d’austérité, ses propres financements pour les communes, départements et régions.

La Ministre en charge du tripatouillage territorial a pour ordre, coute que coute, d’aboutir à déshumaniser l’organisation du territoire national, en réduisant notamment le poids, missions et pouvoirs des communes et départements. Elle avait par contre, comme qui dirait, un problème sur les bras, qu’elle vient de solutionner… à sa manière bien sûr : Il était urgent qu’elle dope les nouvelles Régions. Mission accomplie, mais à quel prix ! Les départements et les communes vont trinquer…

(lire la suite…)

Communiqué sur la CVAE

Conseil Départemental du 22 juin, les élus communistes face aux défenseurs du Libéralisme…

fotolia_65240736_subscripti

Après l’installation en avril du nouveau Conseil Départemental, la séance plénière du 23 juin fut l’occasion pour la nouvelle majorité de Droite, de prendre ses premières mesures qui, sans surprise, consistent à donner priorité au désendettement, au détriment du renforcement de l’investissement (désormais à un niveau historiquement bas) et de la couverture à un niveau adapté, des besoins des seinomarins…

Se défendant pourtant, face aux interventions répétées des élus du groupe qui sont montés au front inlassablement durant toute la séance, de renforcer l’austérité précédemment engagée par les socialistes, le Président n’a pas su, et pour cause, expliquer comment il pouvait tout à la fois : renforcer les moyens des services notamment dans les secteurs des solidarités, conforter les investissements, maintenir le maillage de proximité des services départementaux, aider davantage les communes, tout en n’augmentant pas la fiscalité et en diminuant l’endettement, le tout dans un contexte marqué par une baisse sans précédent des dotations de l’Etat… Et pour cause, la seule réponse de la Droite à cette équation s’appelle l’austérité et par conséquent la suppression ou la diminution de services ou de dispositifs départementaux, mais chut, ceci est un secret… de polichinelle. Le Département prépare bel et bien un « service minimum » comme l’avait dénoncé Hubert Wulfranc lors de l’élection du Président.

La nouvelle majorité aurait-elle honte d’être libérale ?

C’est la question que Jean-Paul Lecoq puis Hubert Wulfranc ont par conséquent posé à plusieurs reprises, notant au passage que le début de certaines interventions comme celle de la Présidente du Groupe de la majorité ou du Vice Président en charge de l’agriculture (sur la nécessité d’une nouvelle politique agricole, sur la baisse des dotations de l’Etat ou encore sur l’importance du service public de proximité), ressemblaient beaucoup à ce que les élus communistes disent depuis longtemps. Les mettant en contradiction, les élus communistes ont rappelé que vouloir une intervention de l’Etat et des collectivités dans l’économie, ce n’était pourtant pas très libéral… Quant aux élus socialistes, bien silencieux dans l’ensemble en comparaison au nombre et à la force des interventions des élus communistes et républicains, aucun doute possible : tous derrière le gouvernement en attendant des jours meilleurs et une reprise de la croissance que l’un d’eux a même affirmé avoir constaté, ce qui n’a pas manqué de provoquer les éclats de rire de l’assemblée…

En Direct juin 2015