Nos derniers articles

Tribune du mois de juillet : Pour changer la vie, changer de politique

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de juillet 2022

Pour changer la vie, changer de politique

Assurer dans une société où les richesses progressent constamment, leur juste répartition, notamment en disposant de services publics forts et dotés des moyens nécessaires pour la satisfaction des besoins fondamentaux de tous les citoyens : dans la santé, l’éducation, le logement, la protection sociale… ;

Garantir les droits de tout un chacun pour être respecté, protégé, accompagné pour surmonter les difficultés de la vie quotidienne ;

Planifier la transition écologique des productions et de la consommation pour mettre fin aux conséquences du changement climatique et préserver la biodiversité ;

Autant d’impératifs pour reconstruire une société apaisée, juste et éthique, où l’humain et l’environnement seront enfin placés au centre de toutes les décisions.

C’est une nécessité au sommet de l’Etat. C’est une nécessité au sein du Département, collectivité des solidarités par excellence.

Les moyens budgétaires y sont disponibles, tout est donc une question de choix politiques pour aller dans cette direction, et pour en finir avec des politiques qui ne marchent plus, qui fabriquent des inégalités, des injustices, donc de la colère, de la défiance envers les institutions et la Démocratie.

Les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine, contribuent au quotidien, par leurs propositions et positions à aller vers ces objectifs salutaires.

gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Juillet 2022

Budget supplémentaire du Département : des avancées mais insuffisantes au regard des besoins à couvrir et des moyens disponibles

Fort… du fort excédent budgétaire dégagé sur l’exercice 2021, le Conseil départemental du 23 juin était invité à se prononcer sur le projet de Budget supplémentaire 2022 proposé par la majorité des droites et macronistes. 

Si des avancées ont été relevées concernant des besoins à couvrir non prévus ou insuffisamment pris en compte dans le Budget initial de l’année en cours, les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine ont regretté un certain nombre de carences majeures. Et pourtant les moyens disponibles existent pour y remédier.

Joachim Moyse l’a expliqué dans son intervention, tout comme Nicolas Langlois au cours d’une délibération précédente portant sur le rapport d’activités des services départementaux.

Extraits :

« La simple existence d’un budget supplémentaire à hauteur de 12,3 Millions de dépenses nettes nouvelles en investissements, et de 39,9 Millions de dépenses nettes en fonctionnement viennent confirmer que nous ne sommes pas sur la paille. Malgré la crise sanitaire que nous avons traversé et malgré la crise sociale, la crise de pouvoir d’achat, que nous affrontons… »

« Vous vous décidez à desserrer un peu l’étau qui pressure nombre d’agents départementaux et les salariés des structures concernées, dans les secteurs des solidarités ou dans les collèges, un étau entre des besoins allant croissants d’un côté et de l’autre des moyens trop justes… »

« C’est pour vous encourager à faire bien mieux, à faire fort, dans la préparation du prochain budget départemental que nous voterons contre ce budget supplémentaire notoirement insuffisant… »

Lire la suite

Bilan budgétaire 2021 du Département : il y a un matelas non consommé, malgré les besoins qui restent à couvrir…

La présentation du Compte Administratif 2021 (le bilan de l’exécution budgétaire 2021 du Département), devant le Conseil départemental du 23 juin, a été le prétexte d’un numéro d’autosatisfaction de la part du vice-président en charge des finances. Un enthousiasme que ne partagent pas les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine qui ont rappelé tout ce que le Département n’a pas engagé pour couvrir des besoins d’urgence, en pleine crise sanitaire, alors que les moyens existaient. D’où un excédent financier important…

Comme Joachim Moyse l’a expliqué :

  • « Effets de la crise sanitaire ;
  • Crise du pouvoir d’achat ;
  • Fort niveau de pauvreté et de précarité dans notre Département, plus prégnant que dans le reste du pays où il est déjà haut, en particulier chez les jeunes ;
  • Tensions dans les effectifs de nos services en charge des solidarités et au sein des structures à qui nous déléguons nos politiques publiques ;
  • Pertes de ressources dues aux décisions gouvernementales ces dernières années et notamment dans les compensations attendues aux dépenses des allocations obligatoires de solidarité…

Même pas peur, si l’on en juge par les capacités budgétaires dont dispose notre collectivité. Enfin si elles étaient mobilisées à hauteur des besoins à couvrir bien entendu.

C’est ce que nous enseigne ce bilan budgétaire de l’exercice 2021 qui dégage un excédent de 220,68 Millions d’euros en fonctionnement, ramené à 98,86 Millions excusez du peu, une fois financé le déficit de notre budget d’investissements.

Et je n’oublie pas une épargne confortable qui a bien progressé tout au long du dernier mandat.

Si l’on compare ces résultats avec ceux légèrement en dessous d’avant le Covid, en 2019, le Conseil départemental de Seine-Maritime n’a, sur le plan budgétaire, pas connu la crise.

Preuve est apportée par les chiffres de ce que notre groupe défendait lors de l’examen du budget 2021 puis du budget 2022. Il y a du grain à moudre.

Lire la suite