Alban Bruneau a profité des débats du Conseil départemental du 5 octobre, pour s’assurer « que la collectivité procède bien au contrôle des bonnes conditions d’accueil et d’hébergement des mineurs non accompagnés dans les hôtels sous convention », ajoutant : « Je suis en effet saisi par plusieurs associations, dont la Ligue des Droits de l’Homme, sur des conditions d’accueil visiblement dégradées dans certains hôtels ».

Rappelant que la convention financière entre les hôteliers et le Département stipule que « des contrôles s’effectuent sur la base d’échanges téléphoniques et de rencontres durant la prise en charge du mineur », il a demandé si « ces contrôles intègrent systématiquement des visites sur site, y compris dans les chambres, et si les agents départementaux sont bien en mesure de les assurer ».

Le Président Martin a rappelé les enjeux et les mesures prises dans ce domaine en concluant :« Nous faisons notre maximum ».

Sa vice-présidente Blandine Lefebvre a admis « qu’il peut y avoir des soucis, mais les professionnels font remonter les difficultés rencontrées et on agit. Il faut nous les signaler. Le zéro problème cela n’existe pas même si l’ensemble des professionnels sont extrêmement attentifs aux conditions d’accueil des jeunes ».

Pour télécharger l’intervention d’Alban Bruneau : 0.00 – Hôtel MNA – Interv AB

Pour télécharger la convention entre le Département et les hôtels d’accueil : 2018 05 28 – Délib CP hotel MNA