Catégorie dans Communiqué

RD925 (entre Dieppe et les 3 Villes Soeurs) : nouvelle intervention pour sa modernisation

Si les élus locaux, sous l’impulsion des Conseillers départementaux Maryline Fournier, Valérie Garraud, Laurent Jacques, et Nicolas Langlois, avec le soutien du Député Sébastien Jumel, ont d’ores et déjà obtenu du Département le doublement de la RD925 entre Dieppe et la centrale de Penly, indispensable notamment pour accueillir le futur EPR, le reste de cet axe majeur du nord de la Seine-Maritime doit également pouvoir bénéficier d’aménagement pour le sécuriser et le moderniser.

C’est pourquoi, ils sollicitent le Président du Département afin que des études soient rapidement engagées sur la portion de la RD925 comprise entre Penly et les 3 Villes Soeurs. 

(Cliquer sur les images pour agrandir)

Pour télécharger le courrier : RD925 Penly/Villes Soeurs

A lire également : RD925 « Paris-Normandie »

Laurent Jacques demande le maintien de l’effectif des agents Départementaux affectés au collège Rachel-Salmona

Inquiet par la diminution annoncée du nombre d’agents techniques départementaux affectés au collège Rachel-Salmona du Tréport pour la rentrée, Laurent Jacques vient de saisir le Président du Conseil départemental. Il demande le maintien de l’effectif actuel afin d’éviter une dégradation évidente de l’entretien de cet établissement si le Département persiste dans ses décisions actuelles.

Il rappelle notamment qu’en « réduisant les moyens humains dans les collèges, le Département joue le même jeu que l’État dans les domaines qui sont les siens et risque de faire face aux mêmes conséquences : un manque de respect des locaux et du personnel, des dégradations et une qualité de vie à l’école qui se délite. La réussite de nos élèves passe aussi par l’attention portée à l’entretien des établissements qu’ils fréquentent. »

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Pour télécharger le courrier : Effectif technique collège Salmona 2023

Tribune du mois de juillet : Vacances pour tous ! Chiche ?

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de juillet 2023

Vacances pour tous ! Chiche ?

Partir en vacances est d’utilité publique : c’est bon pour le moral, la santé, pour les liens et la société. Or malgré les congés payés créés par la Gauche en 1936 et le droit aux vacances pour tous inscrit dans la loi depuis 1998, 40% des Français ne partent pas faute de ressources suffisantes, même avec un salaire.

Ce grand écart entre la loi et la réalité des familles ne choque ni le gouvernement préoccupé de défendre les intérêts des plus riches, ni la droite au Département. Ils se reposent sur les associations, communes et comités d’entreprise pour que ce droit puisse toucher le plus grand nombre.

La Seine-Maritime met en avant ses nombreux atouts touristiques et propose de pouvoir « Lire à la plage ». Mais que fait-elle pour que les seinomarins profitent de vacances bien méritées et pas seulement en traversant la rue ?

Il n’y a pas de fatalité ! Le Conseil départemental serait donc bien inspiré d’ouvrir un dispositif pour aider aux vacances des familles. Ou pour soutenir les communes qui à Dieppe, Arques, à Harfleur, Gonfreville l’Orcher, à Saint-Étienne-du-Rouvray, Oissel ou à Eu, au Tréport, organisent des séjours pour les jeunes, les familles, et investissent dans des centres de vacances à la montagne, en bord de mer ou… de rivière.

Et sur ce dernier point, les conseillers départementaux ne peuvent pas laisser la base de la Varenne, poumon vert du Nord du département, être vendue à un promoteur privé !

Ce sont ces propositions que défendent les élus de la Gauche combative pour faire des vacances pour tous, une réalité. gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Juillet 2023

Tribune du mois de mai : L’urgent besoin de solidarité du Département face à la baisse du pouvoir d’achat

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de mai 2023

L’urgent besoin de solidarité du Département face à la baisse du pouvoir d’achat

  • Quand les prix explosent au point qu’il devient de plus en plus difficile de remplir son caddie et de payer ses factures d’énergie ;
  • Quand les salaires et les pensions ne suivent pas ;
  • Quand aller travailler tous les jours paie de moins en moins ;
  • Quand la pauvreté gagne sans cesse du terrain ;
  • Quand on se trouve privé de soins ;

le Département, en charge des solidarités, a le devoir d’agir en adaptant ses dispositifs et en expérimentant des réponses nouvelles, à hauteur des problèmes rencontrés par un nombre croissant de foyers.

Le Fonds de Solidarité Logement (qui intervient aussi sur l’énergie), ou les dispositifs de solidarité individualisés doivent être accessibles aux salariés aux ressources modestes, ils en sont exclus actuellement ;

Un Revenu minimum d’autonomie pour les jeunes, dont un tiers en Seine-Maritime vivent sous le seuil de pauvreté, doit pouvoir être expérimenté, comme d’autres départements le font ;

Un service public de l’aide à domicile doit être réfléchi pour couvrir 100% des besoins ;

Un tiers des foyers pouvant accéder à un accompagnement financier de solidarité en sont privés, souvent faute d’information ou perdus dans les méandres de la dématérialisation : la lutte contre ce non recours aux droits doit être une priorité.

Ce sont notamment ces propositions qui sont défendues par les élus de la Gauche combative, communiste et républicaine afin que le Département agisse réellement aux côtés des seinomarins pour soutenir leur pouvoir d’achat.

gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Mai 2023

Des moyens retirés dans les collèges en REP+ : Alban Bruneau et Sophie Hervé alertent

Comme d’autres collèges en REP+ (éducation prioritaire renforcée), le collège Jacques-Monod du Havre est touché par une baisse des moyens d’enseignement et d’accompagnement des élèves, attribués par les services départementaux de l’Education Nationale en Seine-Maritime pour la prochaine rentrée. En effet, ce collège va accueillir en septembre un effectif supplémentaire, équivalant à une classe, avec des moyens qui ne prennent pas en compte cette situation puisque le nombre de classes restera identique et qu’un poste d’enseignant supplémentaire sera supprimé. D’où à l’évidence une baisse de moyen.

De plus, cette suppression du poste d’enseignant supplémentaire, malgré son utilité avérée, s’inscrit visiblement dans le cadre d’une mesure globale, à l’échelle de notre département et visant à rogner sur les moyens à disposition des établissements REP+, par la suppression de ces postes, pour augmenter la marge d’autonomie accordée aux autres collèges de Seine-Maritime.

Est-ce à dire que l’éducation prioritaire renforcée n’est plus si prioritaire que ne l’affirme le gouvernement ?

Alban Bruneau et Sophie Hervé viennent donc de saisir la directrice des services de l’Education Nationale en Seine-Maritime. Ils lui demandent :

« Si la dotation accordée par le Ministère en faveur du second degré en Seine-Maritime s’avère insuffisante, nous vous remercions de nous en faire part afin que nous puissions intervenir pour y remédier, sans toucher aux moyens dont les collèges REP+ ont besoin.

Mais dans le cas contraire, nous souhaiterions que soit reconsidérée cette décision de suppression du poste d’enseignant supplémentaire au sein du collège Jacques-Monod, et que soit augmentée la dotation horaire globale de cet établissement afin de lui permettre d’ouvrir une 13ème classe capable ainsi d’accueillir les nouveaux élèves, sans entrainer une augmentation du nombre d’élèves par classe. »

Pour télécharger le courrier : Collège Monod LH baisse moyens – AB SH

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Tribune du mois de mars : La Protection de l’enfance doit être une réalité pour tous ceux qui en ont besoin

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de mars 2023

La Protection de l’enfance doit être une réalité pour tous ceux qui en ont besoin

« La protection de l’enfance vise à garantir la prise en charge des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement, à préserver sa santé, sa sécurité, sa moralité et son éducation » : telle est la mission assignée aux pouvoirs publics, au premier rang desquels figurent les départements.

Cependant, alors que les familles sont confrontées à de multiples difficultés, force est de constater que la protection de l’enfance est trop souvent délaissée.

Les réponses adaptées aux besoins des enfants, de leurs parents, prennent trop de temps. Le réseau des CMPP (centres médico-psychologiques) a été réduit. Les capacités d’accès à un accompagnement pluridisciplinaire dans les établissements diminuent. Des jeunes de l’ASE sont livrés à eux-mêmes dès leur majorité. Les travailleurs sociaux font au mieux sans être reconnus dans leur engagement…

Car ce secteur, tout comme le secteur hospitalier, est soumis aux politiques de réduction de moyens humains, financiers. Cette pénurie organisée découle d’une conception comptable qui n’a pas sa place ici. Elle aboutit à ce que de très nombreux enfants et ados soient privés de soins et d’accompagnement.

Il est plus que temps que tout cela change !

La loi Taquet affiche de belles ambitions, mais où sont les moyens nécessaires ?

Il faut à la fois renforcer ces moyens (recrutements, nombre de places, diversification des solutions d’accueil…) mais aussi redonner de l’attractivité aux métiers du secteur.

C’est ce que nous défendons.

gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Mars 2023

Les élus de la Gauche combative vent debout contre la réforme des retraites !

Très forte mobilisation en Seine-Maritime, comme à travers tout le pays, contre la réforme des retraites que le gouvernement MACRON-BORNE cherche à imposer de force, contre une large majorité des Français. Cette réforme est injustifiée économiquement et nocive socialement. La retraite est un droit à faire valoir pendant que nous sommes encore, théoriquement, en bonne santé.

Alors que ce gouvernement accorde aujourd’hui 160 milliards par an d’argent public aux entreprises, qui en reversent 80 à leurs actionnaires pour les enrichir, il refuse de continuer à en consacrer 20 pour la retraite de ses citoyens !

En 1981, notre pays était 5 fois moins riche, et pourtant il a établi la retraite dès 60 ans. Aujourd’hui, alors que la richesse nationale est en progression constante, il continuerait à reculer l’âge du départ en retraite et à allonger la durée de cotisation !?

Les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine, Séverine BOTTE, Alban BRUNEAU, Maryline FOURNIER, Sophie HERVE, Laurent JACQUES, Nicolas LANGLOIS, Christine MOREL et Joachim MOYSE s’opposent à tout recul de l’âge de la retraite et à l’allongement de la durée de cotisation. Ils étaient tous présents ce matin au sein des cortèges impressionnants des manifestants mobilisés à Rouen, au Havre et à Dieppe à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse.

Pour signer la pétition en ligne contre cette réforme injuste et brutale :

https://www.change.org/p/retraites-non-à-cette-réforme-injuste-et-brutale-reformesdesretraites

Lire la suite

La Région supprime l’accompagnement des communes pour le transport scolaire le midi ! Le Département doit agir

Comme le Département l’assumait avant le transfert de la compétence transport, la Région Normandie accompagne jusqu’à la fin de cette année scolaire 2022/2023 les communes (notamment celles organisées au sein de SIVOS : syndicat intercommunal à vocation scolaire) pour la prise en charge financière des coûts de transports sur le temps du midi.

Or le Président Morin et sa majorité régionale ont décidé unilatéralement de mettre fin à cet accompagnement. Le prétexte est d’uniformiser, en l’occurrence par le bas, la situation sur les 5 départements normands, sans concertation et sans tenir compte des réalités de nos communes rurales. Cette régression dans la prise en charge des transports liés à la scolarité n’est pas acceptable.

Au nom des élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine au Département, Nicolas LANGLOIS a saisi le Président du Département pour lui demander d’organiser dans les plus brefs délais une table ronde de travail réunissant l’ADM76 (association des maires de Seine-Maritime), les Présidents des SIVOS, les autres maires concernés, et le Département.

« Dans un contexte où les communes sont brutalement percutées par l’inflation, le Département de Seine-Maritime, doit prendre le relai pour assumer cet accompagnement et ne pas laisser les communes concernées aux prises avec une nouvelle charge financière afin d’assurer le transport des élèves devant rejoindre le midi un lieu unique de restauration ». 

Pour télécharger le courrier : Transports scolaires midi 2023

Plus d’information sur ce sujet à partir de ces éléments :

https://www.paris-normandie.fr/id341846/article/2022-09-14/la-region-ne-payera-plus-le-transport-scolaire-vers-les-cantines-la-rentree-2023

Tribune du mois de janvier : Des vœux solidaires et combatifs

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de janvier 2023

Des vœux solidaires et combatifs

En ce mois de vœux, nous formulons le souhait que s’éclaircisse enfin le quotidien qui n’en finit pas de se compliquer pour nombre de familles surexposées à des crises successives qui nuisent à leur bien-être.

Des vœux pour une société meilleure, plus juste, où les richesses considérables produites par tous seront équitablement redistribuées, pour soutenir le pouvoir d’achat, la protection sanitaire et sociale, l’éducation et l’ensemble des services publics.

Des vœux pour que, de l’Etat au Département, la puissance publique agisse par des mesures fortes aux côtés des communes pour la satisfaction des besoins essentiels des familles, au premier rang desquels figure le logement.

Un toit adapté à ses besoins est un droit. Avec 15 millions de personnes mal logées, il est temps que l’Etat définisse une stratégie nationale du logement : en réinvestissant sur logement social, en interdisant la location des logements insalubres ou en luttant contre la spéculation immobilière qui exclue de plus en plus de nos villes les foyers modestes.

Le Département doit passer à la vitesse supérieure et ne plus coller à la roue poreuse d’Emmanuel Macron. Il faut davantage aider les ménages modestes notamment ceux qui sont exclus du Fonds de Solidarité Logement (FSL), davantage lutter contre les marchands de sommeil, contre la logique du Airbnb, refuser les augmentations de loyer.

C’est ce que les élus du groupe de la Gauche combative portent par leurs propositions, et c’est ce que nous défendrons de nouveau pour le budget 2023 du Département.

gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Janvier 2023

Soutien à la mobilisation des « oubliés du Ségur »

Les « oubliés du Ségur » et notamment les agents administratifs et techniques des établissements et services sociaux et médico-sociaux, étaient en grève et en manifestation ce matin à Rouen. Nicolas Langlois est allé leur apporter son soutien et celui du groupe de la gauche Combative, communiste et républicaine au Département.
Extrait de son intervention :
« Le Président de la République promettait il y a 2 ans que le pays devait mieux rémunérer celles et ceux qui avaient tenu le pays à bout de bras, qui l’avaient fait tourner durant la crise sanitaire. Force est de constater qu’il y a des trous dans la raquette et que des professionnelles sont encore exclues de cette reconnaissance salariale.
Pourtant, les services et les différentes professions fonctionnent ensemble. Les agents de terrain ont besoin des personnels administratifs et vice-versa. « Je suis bientôt à la retraite. Sans le Ségur et l’augmentation de salaires, je vais perdre 100€ de pension par mois à la retraite! ».
Derrière l’immobilisme et l’injustice, il y a ces réalités. Il y a des métiers abimés. Il y a aussi des métiers et des établissements mis en concurrence alors qu’il faudrait plutôt unir et créer des vocations avec une reconnaissance globale.
Nous allons mettre toute notre force partout où ce sera possible pour réparer cette injustice. La prochaine occasion sera la séance du Conseil Départemental du 9 décembre prochain. »