Au milieu de l’été, nous avons appris que notre collectivité se désengageait de la gestion des centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles, les CeGIDD, présents sur notre département, en dénonçant la convention passée avec l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Avant le 1er janvier, l’ARS devra donc trouver un nouveau gestionnaire pour maintenir l’ouverture de ces 6 centres répartis sur nos différents bassins de vie.

Nous ne comprenons pas cette décision ni la manière dont elle a été prise. Lors du débat en Conseil départemental du 21 juin sur le schéma régional de santé, en présence de la Directrice de l’ARS, cette orientation n’a nullement été abordée. Et puisque l’ARS annonce qu’elle se met en quête d’un nouveau gestionnaire, il faut considérer qu’elle a été mise devant le fait accompli.

Pourtant, à l’heure où les infections progressent, le maintien de ces centres gratuits de dépistage est d’une impérieuse nécessité.

Nous demandons des comptes au Président du Département et avons saisi l’ARS pour obtenir la garantie du maintien de ces centres, de l’ensemble de ces centres.

Télécharger notre courrier au Président : 2018 09 07 – Let Pdt maintien des CeGidd

Communiqué du Président du Département : 

Article de Gayviking du 28 juillet : 

Seine-Maritime : le Département se désengage des centres de dépistages anonymes et gratuits

Article de Paris-Normandie du 30 juillet :

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/sante/enquete-sur-les-infections-sexuellement-transmissibles–les-jeunes-en-premiere-ligne-EA13468408

Article de Actu 76 du 27 juillet :

https://actu.fr/societe/sida-mst-non-centres-depistage-seine-maritime-ne-vont-pas-fermer-2019_17963889.html

Article de Paris-Normandie du 25 juillet :

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/le-havre–les-centres-gratuits-et-anonymes-de-depistages-du-sida-et-ist-menaces-de-fermeture-BC13447170