Première séance de l’année pour le Conseil départemental, marquée par le contexte électoral indécis et confus de la Présidentielle qui, du même coup, a imprégné la quasi-totalité des débats. D’un côté, défenseurs du quinquennat par un groupe socialiste qui ne compterait dans ses rangs « que des soutiens à Benoit Hamon », pourtant lui-même frondeur et très critique à l’égard de ce bilan des gouvernements Hollande. De l’autre, attaques en règle de ce bilan par un groupe de la Droite et du Centre comptant pourtant dans ses rangs des soutiens à Macron, principal ministre de ce même bilan… Mais de François Fillon et de ses propositions, il fut très peu question dans les rangs de la majorité départementale. Les élus communistes du Front de Gauche s’en sont donc chargés !

Dans ces conditions, leur groupe n’a guère éprouvé de difficulté pour se faire entendre, restant constant dans ses analyses, critiques et propositions, son président Hubert Wulfranc dénonçant au passage un simple « jeux de rôles » de ses collègues des autres groupes et soulignant que seul « un changement de cap radicalement différent » permettrait de faire mieux… pour les gens !

L’exercice pratique imposé par le groupe communiste du Front de Gauche en séance se révélant d’ailleurs de ce point de vue édifiant ! Il visait à obtenir l’unanimité des groupes du Conseil pour exiger de la direction de La Poste un moratoire sur les fermetures massives de bureaux prévues en Seine-Maritime. Résultat : la Droite l’a refusé en égrainant les arguments avancés par la direction de La Poste, les élus socialistes sont restés silencieux…

Télécharger le compte rendu des débats : En Direct 2017 03

Télécharger la version de synthèse : En Direct 2017 03 Synthèse