Bienvenue en austérité

Pour renforcer le financement de l’aide sociale en Seine-Maritime mis en péril par les politiques gouvernementales successives, la nouvelle majorité de droite au Département applique désormais une directive d’austérité prise fin 2011 sous l’ancien président socialiste. Son objet : intégrer à ce financement tous les revenus des personnes handicapées placées en foyer, y compris leur argent de poche ! C’est ainsi par exemple que même les bien modestes intérêts du Livret A ouverts au nom de personnes handicapées en foyer d’accueil sont concernés !

Beaucoup de foyers d’accueil, considérant qu’il n’était pas dans leur rôle de jouer les supplétifs comptables du Département en fragilisant encore un peu plus leurs résidents, refusaient jusqu’à présent de collaborer à l’application de ces directives. Ils y sont désormais contraints, ce qui provoque un malaise certain dans la relation entre ces structures professionnelles et reconnues et la collectivité départementale.

Saisis par plusieurs familles et tuteurs de personnes handicapées, les élus communistes et républicains dénoncent avec force cette situation et exigent du Département qu’il cesse de faire ainsi les poches à des personnes vulnérables pour gagner quelques milliers d’euros.

C’est le sens du courrier qu’Hubert Wulfranc vient d’adresser au Président du Département :

« Cette véritable chasse aux ressources de personnes handicapées à des fins de financement de l’aide sociale, décrétée par l’ancienne majorité dans le cadre de son plan dit de consolidation de 2012 malgré notre opposition, serait ainsi visiblement appliquée désormais systématiquement, et donc aveuglement, depuis plusieurs mois en provoquant incompréhension et colère. (…)

Sur le fond, cette chasse aux petites économies est vécue, je vous en fais l’écho comme il nous parvient, comme un détroussage en règle de personnes vulnérables. (…)

Nous ne parlons pas ici de comptes « offshore » ou de plus-values d’actions dans des grandes multinationales, nous parlons de quelques dizaines ou au plus centaines d’euros par an. De l’argent de poche en quelque sorte que le Département vient désormais tenter de récupérer dans la poche même des personnes handicapées placées. (…)

Nous souhaitons par conséquent obtenir explication à ce sujet considérant que nous refusons de cautionner de telles pratiques que nous dénoncerons avec force si cette situation devait persister. »

Télécharger le courrier complet : Courrier HW taxation handicap