Les élus du groupe communiste et républicain du Front de Gauche au Département vous rendent compte des positions prises et interventions faites dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire actuelle. En vous souhaitant bon courage, bienveillance et bonne santé dans cette période difficile que nous affrontons.

Carte scolaire 2020

Chaque année au mois de mars, le Conseil départemental de l’Education Nationale (CDEN) (placé sous la double autorité du Département et du Préfet), doit donner son avis sur le projet de carte scolaire pour la prochaine rentrée. Une carte scolaire préparée par la direction des services de l’Education Nationale qui envisage des fermetures et ouvertures de classes.

Compte tenu de la crise sanitaire que nous traversons, des mesures de confinement en vigueur qui empêchent les familles de se rendre dans leur mairie pour procéder aux inscriptions, mais aussi des annonces du Chef de l’Etat concernant le gel de toutes les réformes en cours, nous avons demandé le report du CDEN et la suspension des travaux relatifs à la carte scolaire. Une demande relayée également par de nombreux parlementaires, Sébastien Jumel, Hubert Wulfranc, Jean-Paul Lecoq et Céline Brulin en tête, ainsi que par les représentants des parents d’élèves.

Face à cette fronde, le Ministre a annoncé que toutes les fermetures de classes en milieu rural sont suspendues, mais quid des autres territoires ?

Nous demandons par conséquent que l’ensemble des fermetures de classes envisagées soit gelé sauf accord du maire concerné. Il serait incompréhensible qu’à l’issue du confinement, des familles se retrouvent dans l’impossibilité d’inscrire leur enfant dans l’école de leur secteur d’habitation.

Les dérives du dispositif « Ecole à la maison »

De très nombreuses familles indiquent être en difficulté, ou tout simplement empêchées, pour permettre à leurs enfants de suivre les devoirs et cours délivrés de manière dématérialisée par les enseignants.

C’est particulièrement vrai sur les secteurs d’habitations non connectés au réseau Internet où seules les liaisons en 4G sont possibles.

C’est également vrai pour des familles bénéficiant du Programme de Réussite Educative qui indiquent être en grande difficulté pour accompagner leurs enfants dans ce travail à distance.

Ainsi, malgré l’engagement méritant des enseignants, les inégalités se creusent, le risque de décrochage scolaire s’accentue et des parents se trouvent en souffrance, culpabilisant face à ces difficultés et craignant pour l’avenir de la scolarité de leurs enfants lors de la reprise des cours.

Au regard de ces éléments, les élus du groupe communiste ont questionné la direction de l’Education Nationale pour savoir :

  • Ce que risque concrètement un élève qui n’est pas en capacité de suivre un cours, et par exemple de rendre un devoir ?
  • Quelles sont les mesures correctives travaillées par les services afin de garantir un accès égalitaire au cours à distance pour chaque élève confiné à domicile dans cette période ?

Dispositions sanitaires

Nous avons demandé une augmentation urgente des places disponibles pour l’accueil des personnes sans domicile fixe, les premières mesures prises dans ce domaine ne suffisant pas pour couvrir l’ensemble des besoins, les capacités d’accueil étant régulièrement saturées.

Réseau postal

Nous alertons depuis des années, notamment en Commission départementale de suivi de la présence postale territoriale au sein de laquelle siège Sophie Hervé, et encore récemment lors d’un débat de politique départementale, sur la dégradation du service public postal.

Une dégradation marquée par des fermetures de bureaux, la diminution des horaires d’ouverture d’autres, les tournées de distribution de plus en plus dégradées. En cause, la stratégie du groupe La Poste qui diminue chaque année ses effectifs, privilégie les services commerciaux payants à ses missions de service public pour accroitre ses bénéfices tout en mobilisant de l’argent public. Pas étonnant dès lors qu’en pleine crise du Covid-19, le groupe soit incapable d’assurer ses missions essentielles. Un grand nombre de bureaux sont fermés, laissant les usagers dépourvus de carte bancaire sans solution pour retirer des espèces pour assumer leurs achats de première nécessité ; les tournées de distribution du courrier ont été interrompues puis rétablies que certains jours par semaine. Un constat accablant pour un groupe qui croule sous les bénéfices.

Les élus communistes au Département ont exigé le rétablissement des services postaux de proximité, des services essentiels en ces temps de crise, par l’embauche massive de personnels. Et tanpis pour les bénéficient du groupe cette année !

Consignes pour les résidences autonomie

Alban Bruneau a alerté concernant l’absence de directives précises délivrées aux gestionnaires de Résidences autonomies contrairement à celles en vigueur pour les EHPAD. Les publics et modalités d’accompagnement y sont très différents, et par conséquent les recommandations adressées par les services départementaux le sont également. Sauf que malgré les informations communiquées sous des formes multiples, variées et répétées, il est constaté une très grande difficulté pour les résidents de résidences autonomie à respecter les règles de confinement et à ne pas sortir plusieurs fois par jour parfois pour le pain, le journal, les courses, prendre l’air….

Aussi il semble opportun, compte-tenu de la vulnérabilité des personnes qui y sont accueillis de réfléchir à des dispositions plus contraignantes pour les aînés en résidence autonomie. La crainte de prendre des mesures attentatoires à la liberté de circulation des aînés en résidence autonomie ne doit pas annihiler la réflexion nécessaire du Département à mener en matière de réduction des  allers-venues des résidents. Sans ces dispositions, nous ne pouvons que craindre très fortement le risque d’une contamination d’une population qui, certes moins qu’en EHPAD mais malgré tout, est très vulnérable. Les personnels de ces résidences sont de fait, également exposés.

Les résidences Autonomie sont des établissements médico-sociaux placés sous la responsabilité du Département mais ne disposent à ce jour que de consignes très vagues et il conviendrait de ne pas laisser les gestionnaires d’établissement supporter seuls des décisions restrictives qui ne relèvent pas de leurs compétences en matière de circulation. 

Soutien au commerce de proximité

Stéphane Barré est intervenu en Commission permanente du Département pour soutenir, avec d’autres élus, la création d’un dispositif départemental de soutien aux commerces de proximité, en complément des mesures nationales en vigueur, pour les aider à traverser cette période difficile marquée par des fermetures obligatoires et par des baisses parfois très importantes de clientèle. Déjà fragilisés, il faut que nos commerces locaux puissent réouvrir à l’issue de cette crise.

Soutien aux associations

Dans cette période, de nombreuses associations sont également fragilisées en devant faire face, malgré l’arrêt de leurs activités, au paiement de leurs charges fixes. Nous avons demandé la création d’un fonds d’aide à la vie associative.