La majorité des droites au Département envisagerait un retrait conséquent, à hauteur de 33 %, des financements alloués à l’équipe de psychologues du Relais d’Aide et d’Ecoute Psychologique (R.A.E.P.) et du réseau d’Accompagnement des Personnes en Difficulté avec l’Alcool (A.P.D.A.). d’InserSanté.

Conséquence directe d’une telle décision : une diminution de 4 postes de psychologues en équivalent temps plein, réduisant ainsi l’équipe à 3 psychologues, contre 7 actuellement, pour couvrir tout le territoire départemental.

Quant au réseau d’Accompagnement des Personnes en Difficulté avec l’Alcool (A.P.D.A.), l’équipe passerait de 9 à 4 personnes.

Le groupe des élus communistes du Front de Gauche ne comprend pas les motivations qui pourraient guider une telle décision budgétaire portant atteinte au travail de prévention, d’accueil de la souffrance psychique des plus fragiles et d’accompagnement vers des soins adaptés.

D’autant plus que le travail de ces réseaux de proximité agit directement sur l’insertion sociale et professionnelle, mission au cœur des compétences de la collectivité départementale.

Stéphane Barré a par conséquent écrit au Président du Conseil départemental pour lui demander des explications et surtout connaître les délibérations cadres votées par le Conseil sur lesquelles se fonderaient une telle diminution de ses subventions.

Les élus communistes du Front de Gauche restent mobilisés contre ce qui pourrait bien être un nouveau coup dur porté par les droites au financement des besoins de santé sur nos territoires. L’année dernière, le Département s’était retiré de la gestion et du financement des centres d’accueil, d’information et de dépistage des maladies sexuellement transmissibles.

Pour télécharger le courrier de Stéphane Barré  : Interv-SB.pdf