Le vice-président Jean-François Bures, a détaillé, lors du Conseil départemental du 10 décembre, le contrat d’objectifs et de moyens (CPOM) 2019-2021 et le bilan d’activité 2017-2018 de Seine-Maritime Attractivité (SMA), né de la fusion de Seine-Maritime Expansion, du Comité Départemental du Tourisme et de l’Agence Technique Départementale, en octobre 2016.

Pour Alban Bruneau, « le contrat proposé acte, comme nous pouvions nous y attendre, un renforcement des interventions dans le domaine touristique et une réduction de la voilure dans les autres domaines économiques », avant de regretter « ce que nous avions porté et qui n’a jamais reçu écho : la nécessité de pouvoir intervenir, sur demande des communes, du chef d’entreprise ou des organisations syndicales, sur les menaces de fermeture d’entreprise et de plans sociaux afin d’aider à trouver des solutions ».

Et d’argumenter : « Dans bien des communes confrontées à ces menaces sur l’activité et sur l’emploi, les municipalités essayent de mobiliser, j’en sais quelque chose, et elles tentent notamment de trouver des relais pour sauver les sites.

La possibilité de pouvoir compter sur l’expertise, sur le réseau de SMA et sur l’appui de la collectivité départementale, ne serait pas de trop à ce sujet. La bataille pour l’emploi passe aussi par la sauvegarde des emplois existants et quelquefois il suffit d’aider à trouver les bonnes solutions.

C’est ce qu’il ressort notamment des expériences de FRALIB, d’ISOPLAST, de DEBRIS ou de SIGALNOR récemment. Quatre situations concrètes en région havraise où sans l’intervention de la commune, et je ne parle pas ici d’intervention financière, les activités de ces sociétés n’existeraient plus ».

Avant de réitérer la proposition : « A l’occasion de ce contrat d’objectifs, nous vous renouvelons par conséquent notre demande d’intégrer cette mission, notamment à travers la création d’une Vigie de sauvegarde de l’emploi confiée à SMA ».

Pour le groupe socialiste, Mamadou Diallo a soutenu par amendement la « réintroduction dans le contrat d’objectifs de SMA de l’intervention en soutien de l’économie sociale et solidaire ». Jean-Christophe Lemaire, au nom du groupe majoritaire, a affirmé « l’attente forte de la clientèle pour le tourisme et le tourisme nautique. Cela doit donc être une priorité », défendant notamment la présence de SMA sur le Salon Nautique.

Dans sa conclusion, Jean-François Bures a confirmé que « le tourisme est un secteur économique majeur mais qui n’occupe pas toute l’activité de SMA ». Puis, concernant la proposition d’Alban Bruneau, il a répondu que « notre outil n’est pas adapté pour ce genre de mission. On peut, dans un travail de réseau, sensibiliser mais on ne peut pas faire les pompiers aujourd’hui, même si c’est un sujet crucial et majeur. Nous avons souvent eu des échanges à ce sujet avec Jean-Paul Lecoq ».

L’amendement puis la délibération ont été adoptés à l’unanimité.

Pour télécharger l’intervention complète d’Alban Bruneau : 3.08 – SMA – AB