Le bilan de la nouvelle agence départementale au service du développement économique et touristique, Seine-Maritime Attractivité (SMA), a été dressé par le Vice-Président Jean-François Bures lors du Conseil départemental du 11 décembre. Un bilan jugé très satisfaisant.

Par la voix d’Alban Bruneau, « au regard de la situation économique, notamment sur l’axe Seine et dans le nord du Département », le groupe communiste du Front de Gauche a de nouveau proposé « que la nouvelle agence puisse intervenir de manière stratégique en faveur de notre tissu industriel et de ses emplois ».

Et de développer cette position : « Nous sommes confrontés à longueur d’année à des menaces ou des fermetures effectives de sites industriels qui impactent, au-delà des salariés et des territoires concernés, des dizaines de sous-traitants, de TPE et PME. L’industrie en Seine-Maritime cela compte beaucoup et pour beaucoup dans l’emploi et la création de richesses. La recherche d’alternatives pour mettre en échec ces fermetures n’est pas une question de compétence, c’est un devoir public et une question de volonté politique. D’autant plus que l’industrie amorce une profonde mutation pour répondre aux besoins vitaux de la transition écologique et énergétique. SMA devrait, selon nous, s’emparer de ce sujet pour accompagner nos industries ».

En conclusion, Alban Bruneau a appelé SMA à d’avantage d’audace : « En affichant dans les objectifs de SMA le soutien aux emplois et aux activités industrielles et en proposant aux industriels de bénéficier de ses services, en termes d’expertise, de coordination des acteurs publics et privés ou de recherches d’alternatives, nous semblerait constituer un excellent signe dans ce domaine important. Nous préconisons par exemple que notre agence soit chargée d’étudier systématiquement les situations des entreprises menacées et des plans sociaux annoncés, afin de rechercher, en toute circonstance, des alternatives à ces fermetures et à ces destructions d’emplois. Notamment en faisant appel et en favorisant la reprise des activités par les salariés eux-mêmes ».

Jean-François Bures, dans sa réponse, a estimé qu’il était « difficile d’agir sur tout un secteur économique, industriel notamment », mais a insisté sur le fait que SMA n’était pas tourné que vers le tourisme : « On fait plein de choses », invitant Alban Bruneau à relayer ses propositions au sein même de la structure puisqu’il vient d’être désigné pour intégrer son Conseil d’administration.

La délibération a été adoptée à l’unanimité.

Pour télécharger l’intégralité de l’intervention d’Alban Bruneau : 3.07 – Interv AB – SMA