Aucun cours de sciences physiques pour deux classes de 4e, manque d’anticipation concernant le remplacement d’un enseignant d’arts plastiques, le professeur référent de la classe ULIS ou encore le congé maternité d’une enseignante de mathématiques… Les conditions d’enseignement au sein du collège Jean-Charcot d’Oissel nécessitent rapidement des moyens adaptés.

Séverine Botte et Stéphane Barré, conseillers départementaux, ont saisi la direction des services de l’Education nationale après avoir participé, le 11 octobre dernier, au rassemblement organisé devant l’établissement pour dénoncer le manque de moyens humains dont souffre ce collège pourtant situé en quartier prioritaire.

Hubert Wulfranc, Député, en a fait de même.

Téléchargé le courrier : 2016 10 16 – Courrier Charcot S. Botte S. Barre