Suite à la visite de Bernard Cazeneuve hier à Rouen et à ses effets d’annonce concernant l’axe Seine, Jean-Paul Lecoq, Maire de Gonfreville l’Orcher et Conseiller Départemental a souhaité réagir à travers un communiqué.

« Tentant de répondre aux nombreuses démarches engagées contre les graves menaces pour les ports, l’économie et l’emploi normands que comporte, en l’état, la construction du Canal Seine Nord validée récemment par le Gouvernement, le 1er Ministre a annoncé 300 millions d’apport de l’Etat en faveur du développement de l’axe Seine.

Un engagement sans commune mesure avec les 2 milliards qu’il va consacrer à la création du canal, et très éloigné des enjeux qui se posent et des investissements nécessaires à la consolidation du port de Rouen et au développement du port du Havre. »

Avant de réclamer : « L’Etat se doit par conséquent d’investir 1 milliard d’euros (soit la moitié de ce qu’il met sur la table pour le canal) sur l’axe Seine afin de garantir que le canal ne vienne pas concurrencer de manière déloyale nos ports et ses emplois. Avec 300 millions annoncés hier, nous sommes loin du compte. »

Vendredi, Thierry Foucaud, Sénateur communiste de Seine-Maritime avait également interpellé le 1er Ministre : « A l’heure même où le canal Seine Nord qui reliera directement les ports concurrents du nord de l’Europe au bassin parisien, menaçant de transformer la Normandie en Finistère touristique, vient d’être lancé, l’axe Seine doit obtenir les financements publics qu’il mérite.

J’étais d’ailleurs intervenu en séance publique au Sénat lors de l’examen de la loi Macron pour alerter sur ces problématiques d’aménagement du nord de la France, où emplois et savoir-faire normands seront demain sacrifiés aux profits des ports concurrents du nord de l’Europe.

Avec Hubert Wulfranc notamment, nous avons porté à plusieurs reprises ces inquiétudes et un certain nombre de propositions au sein de la Métropole Rouen Normandie – où nous n’avons pas eu d’écho auprès de la majorité socialiste – ainsi qu’auprès du ministère des transports, comme ont pu le faire mes collègues Jean-Paul Lecoq sur l’estuaire, Sébastien Jumel dans le nord du département et nos élus un peu partout dans notre grande région.

Au Sénat, nous demandons avec le Groupe Communiste Républicain et Citoyen depuis le mois de septembre dernier au gouvernement l’organisation d’un débat sur la politique industrielle de la France.

Nous n’avons eu aucune réponse.

Fin décembre, je suis encore intervenu dans le cadre des questions d’actualités, afin d’interpeller directement le Premier Ministre en séance publique sur notre exigence à ce que se tiennent ces discussions.

Les élu-e-s communistes et républicains de Seine-Maritime formulent la demande concrète d’un plan d’investissements d’un milliard d’euros sur 5 ans dédié à l’axe Seine, budget correspondant à la moitié de ce qui a été débloqué par l’Etat pour la construction du canal Seine Nord.

Cet apport serait à même de participer à définir une stratégie publique de sauvegarde du complexe industriel présent sur l’axe Seine et notamment de ses composants essentiels que sont la cimenterie, la pétrochimie, l’automobile, la sidérurgie et la papeterie. »

Au printemps, les élus communistes avaient publié un livre blanc sur la nécessité d’investir massivement en faveur de l’axe Seine, de ses ports et de ses industries.

Télécharger le communiqué de Jean-Paul Lecoq : communiqué de JP Lecoq

Télécharger le communiqué de Thierry Foucaud : Communiqué Thierry Foucaud

Télécharger le livre blanc consacré à l’Axe Seine publié par les élus communistes : SeineAxe Expression ADECR