protection_sociale-720x320

La mise en œuvre d’une prévoyance pour les agents du Département, inscrite à l’ordre du jour du Conseil départemental du 6 décembre, a permis à Séverine Botte d’émettre, au nom du groupe communiste et républicain du Front de Gauche, une suggestion d’utilité publique : « Adressez cette délibération à Monsieur Fillon tellement elle vient contredire, dans les faits, les idées reçues et autres contre-vérités qu’il véhicule et qu’il se propose pourtant d’appliquer avec zèle en cas d’élection. Les fonctionnaires ne travailleraient pas assez et pas assez longtemps paraît-il, ils en auraient encore sous la semelle pour gratter un peu plus ! Dans une collectivité aussi conséquente que la nôtre, la réalité c’est quoi ?

Chaque année, près d’un agent sur vingt se retrouve privé de la moitié de sa rémunération suite à un arrêt de maladie. Statistiquement, trois populations sont tout particulièrement exposées à ce risque : les femmes dans les périodes entourant les maternités, les agents vieillissants, les agents ayant déjà été malades ».

Résultat, comme Séverine Botte l’a relevé dans le rapport de présentation : « Les mutuelles et assurances proposent des couvertures prévoyances très sélectives à l’entrée. Pratiquant notamment une tarification défavorable pour les personnes présentant des risques statistiques compte tenu de leur âge ou de leurs antécédents et les questionnaires d’antécédents médicaux sont fouillés ».

Et d’en revenir au candidat de la droite : « Or, non content de vouloir prolonger la durée hebdomadaire de travail et de reculer le départ en retraite, voilà qu’il se propose aussi de réduire la Sécu à peau de chagrin au profit des assurances privés. A l’arrivée, c’est plus de complications de santé, surtout en fin de carrière, c’est plus de précarité et c’est aussi encore plus de transferts de charge en direction des collectivités, transferts de charge que pourtant vous dénoncez. Car au rythme où va cette casse de notre système de protection sociale déjà bien engagée par les gouvernements libéraux successifs, il appartient aux collectivités de compenser toujours davantage ces conséquences, sur leurs fonds propres, pour subvenir aux besoins fondamentaux de leurs agents ».

Sur la délibération, Séverine Botte a indiqué que le groupe « la votera car elle vise à agir contre la précarité, mais nous ne la voterons pas les yeux fermés. D’abord parce que ce filet de protection dixit le rapport ne saurait reposer sur les seules collectivités. Ensuite parce qu’il convient que ce dispositif soit discuté et établi d’un commun accord avec les représentants élus des agents départementaux. Je rappellerai pour finir que les agents, comme notre collectivité employeur, payent déjà des cotisations pour financer des garanties de protection sociale. Leur faire bénéficier de ces garanties en cas de souci, c’est un juste droit ».

Dans sa réponse le Vice-Président Lemonnier a admis que l’on puisse regretter que le « régime général ne couvre pas tout » mais a rappelé que la précédente majorité n’a rien fait pour remédier à cette situation concernant les agents du Département, « tout comme la majorité présidentielle du reste ». La délibération a été adoptée à l’unanimité.

Télécharger l’intervention complète de Séverine Botte3-06-interv-sb-garantie-prevoyance