16022016_poste_rouen_2

Le groupe La Poste est placé sous les feux des projecteurs médiatiques depuis plusieurs semaines tant à l’échelle nationale qu’en Seine Maritime. Plusieurs conflits sociaux majeurs révèlent notamment des dérives inacceptables de la direction nationale et des directions régionales dans l’approche du service public qu’elles sont pourtant censées porter, la gestion des relations sociales et des effectifs.

Un collectif de cabinets d’expertises agréés indépendant s’est adressé, il y a quelques jours, au Président du groupe La Poste et au Gouvernement pour leur demander de réagir au plus vite face à la dégradation des conditions de travail au sein de l’entreprise qui impactent l’état de santé des agents. Cette dégradation  des conditions de travail impacte également la qualité du service public rendu à la population.

Obnubilée par la recherche de la rentabilité, en contradiction avec la mission de service public qui lui a été confiée, la direction du groupe La Poste, relayée par ses directions régionales, s’est engagée depuis une dizaine d’années dans un mouvement d’ampleur de fermeture de ses bureaux de poste.

Pour imposer ses réorganisations tous azimuts et justifier son retrait, le groupe argue de difficultés financières liées à la diminution des trafics courriers. Une baisse de recettes, qui est dans les faits couverte par les hausses successives des tarifs fixés par l’ACERP (autorité de régulation des postes), largement supérieures à l’inflation, ainsi que par l’accroissement de son activité colis portée par le développement du commerce en ligne ou encore, par les 300 à 350 millions d’euros versés par l’Etat au titre du CICE.

Pour ces motifs, Hubert Wulfranc, Maire de Saint-Etienne-du-Rouvray et président du groupe Front de Gauche au Département de Seine-Maritime souhaite s’exprimer au nom des conseillers départementaux du groupe, en formulant plusieurs propositions.

Télécharger le communique de Hubert Wulfranc : communique-de-presse-la-poste