Carte

Le développement économique de l’axe Seine avec notamment le désenclavement de ses ports et la sauvegarde de ses industries, est devenu une question de priorité nationale urgente à l’heure où le canal Seine Nord vient d’être confirmé.

Les élus communistes et républicains ne se résignent pas à voir cet enjeu vital se réduire à un simple appel à projet touristique. La Seine n’est pas à réinventer, elle est à consolider. Ils souhaitent apporter leur éclairage et rappeler leurs propositions en faveur d’une vision nécessairement ambitieuse de l’aménagement du territoire.

Ils réclament un plan d’investissement d’un milliard à l’Etat en faveur de l’axe Seine pour transformer les bonnes intentions d’hier en réalités de demain, et les promesses en actes concrets.

Extraits du documents diffusés par les élus communistes et républicains de Seine-Maritime :

« Réinventons la Seine »… telle est l’invitation sympathique lancée par les maires de Paris, de Rouen et du Havre à travers un appel à projets visant à « valoriser et à revitaliser » 42 sites retenus le long du fleuve: bâtiments en friche, écuries, ponts… afin « d’instaurer de nouveaux rapports à l’eau » ou encore« d’innover dans les usages du fleuve : touristique, culturel, patrimonial ».

Il nous avait pourtant semblé que l’axe Seine, son potentiel et ses enjeux d’intérêt national majeur sur le plan économique, industriel, portuaire, sur le plan de l’emploi, sur le plan environnemental, faisait l’objet d’une mobilisation générale, toute sensibilité politique confondue, décrétée à grand renfort de publicité pré-électorale il y a quelques années à peine.

L’éléphant aurait-il finalement accouché d’une souris ?

Car avec cet appel à projets « petits-bras », on nous invite en quelque sorte à nous occuper de la vitrine, de la carte postale, et d’y investir de l’argent public alors même que le fonds de commerce est en péril, à terme, si une stratégie et des investissements publics massifs ne viennent pas rapidement consolider et développer les places portuaires et industrielles de l’axe Seine.

A l’heure même où le canal Seine Nord qui reliera directement les ports concurrents du nord de l’Europe au bassin parisien, menaçant de transformer la Normandie en Finistère touristique, vient d’être lancé, l’axe Seine doit obtenir les financements publics qu’il mérite. C’est vital.

A moins que les promoteurs de cette opération de marketing territorial anticipent par leur impuissance une agonie industrielle et portuaire de notre région et la destruction des dizaines de milliers d’emploi qui lui sont liés, « Réinventer la Seine » n’est pas à la hauteur des enjeux posés. Cela manque de souffle et d’ambition, de volonté politique et surtout de cohérence.

L’axe Seine est en panne comme l’a déclaré, peut être en soupirant, le nouveau Président de Région. Nous pourrions ajouter qu’il manque aussi d’un pilote dans l’avion, ou en l’occurrence dans le sémaphore, pour assurer l’essor et le bel avenir qu’il y a à peine 10 ans tout le monde lui promettait.

Nous élu-e-s communistes et républicains de Seine-Maritime ne nous résignons pas à ce manque de souffle et d’ambition.

Ce projet est certes meilleur que son titre mais il demeure sans commune mesure avec les besoins. Ainsi, nous aurions aimé constater dans les sites retenus : la seule cimenterie de Normandie menacée de fermeture boursière, le terminal multimodal du Havre pour le faire enfin fonctionner, la pérennisation de l’usine Chapelle Darblay, la raffinerie de Grand Couronne pour la ressusciter à partir du projet de ses ex salariés ou encore l’émergence d’un pôle de déconstruction navale pour se positionner sur ce marché éthique…

Réinventer la Seine ne doit pas constituer une diversion ou un lot de consolation. Il ne doit pas non plus amorcer la reconversion touristique d’un axe portuaire et industriel abandonné par les pouvoirs publics.

Ses atouts évidents d’un point de vue géographique comme du point de vue de son patrimoine industriel méritent une action politique volontariste.

L’axe Seine ayant cette particularité de voir représenté l’ensemble des filières économiques du pays, il faut le conforter, le valoriser et désenclaver les ports du Havre et de Rouen.

L’axe Seine n’est donc pas une page blanche sur laquelle tout serait à écrire tel que le suggèrent la Droite et le PS. Les élu-e-s communistes souhaitent faire connaître leurs propositions et leurs priorités pour un fleuve tourné durablement vers l’économie réelle et profitable à l’ensemble du territoire normand.

Nous demandons par conséquent à l’Etat, sous l’impulsion des régions concernées, de prendre ses responsabilités en annonçant d’ici la fin de l’année un plan d’investissements d’un milliard d’euros sur 5 ans dédié à l’axe Seine. Budget correspondant à la moitié de ce qu’il a accepté de débloquer pour la construction du canal Seine Nord.

Ce programme d’intérêt national créera au passage et à coup sûr des milliers d’emplois par la réalisation des investissements attendus ».

Et aux élus de joindre toute une série de propositions concrètes pour renforcer l’axe Seine, ses ports, ses industries et ses emplois…

Pour télécharger le document avec les propositions des élus communistes : SeineAxe Expression ADECR