Véloroute-du-Lin-00 - copie

La poursuite de l’aménagement des véloroutes sur le département, inscrite au Conseil départemental du 2 février, a été saluée par le groupe communiste Front de Gauche, qui a encouragé la nouvelle majorité à persévérer dans cette voie.

Sophie Hervé a cependant tenu à exprimer un bémol au milieu de l’unanimité des interventions sur ce sujet : « car ce type d’aménagement a tendance à se réaliser sur des emprises foncières ferroviaires, certes délaissées mais dont la reconversion acte définitivement la fin de voies ferrées ».

Avant de s’expliquer : « en matière de transport et en ces temps où tout le monde semble désormais sensible à la lutte contre le réchauffement climatique, il conviendrait d’insister sur la nécessité d’encourager le trafic ferroviaire. Or, la SNCF et l’Etat libéral semblent plus soucieux de rechercher le profit en misant sur les lignes juteuses, comme les liaisons internationales ou les grandes lignes nationales, plutôt que de porter un maillage intelligent et bénéfique par le fer, tant pour les passagers que pour les marchandises. Ils détricotent ainsi progressivement en fermant des gares et en supprimant des rails, ce qui faisait la force de l’aménagement du territoire, préférant investir dans le transport par autocars et les filiales de transport routier par nature pollueur ».

Aussi Sophie Hervé a appelé le Département à la vigilance : « lorsque l’on constate la difficulté à obtenir la réouverture d’une ligne évidente, même quand il suffit de regarder une carte pour s’apercevoir de sa pertinence, je veux parler de la ligne Le Havre/Fécamp, nous avons intérêt à ne pas accompagner la politique de suppression de voies ferrées et de reconversion de gares. Sinon, la question de réouverture de ligne ne se posera même plus ».

Pour télécharger l’intervention de Sophie Hervé : Intervention SH vélo route