Apolemetroplitain-630x0

Le soutien du Département au Contrat d’agglomération du Havre 2015/2020 était inscrit à l’ordre du jour du Conseil départemental du 6 octobre.

Une délibération qui a permis à Jean-Paul Lecoq de se féliciter de ce partenariat en faveur du « développement du Grand Havre, berceau de future Métropole de l’Estuaire ». Mais il a surtout saisi cette occasion pour « rappeler à tous, qu’après la table ronde organisée par l’Etat en juin autour du projet de Canal Seine Nord, les acteurs économiques et institutionnels présents n’ont pas obtenu les réponses qu’ils attendaient et, par conséquent ils ne sont nullement rassurés par les annonces gouvernementales et régionales en la matière, pas plus que les annonces de la visite présidentielle de ce matin dans notre bonne ville du Havre ».

Pour le Conseiller départemental du Havre et Maire de Gonfreville l’Orcher « ces annonces se situent très en dessous des besoins, et sans commune mesure avec les 2 Milliards d’euros sur une facture prévisionnelle de 4,5 Milliards que l’Etat et les collectivités locales concernées dans le Grand Nord – allusion à la fusion des régions Nord Pas de Calais / Picardie – vont mettre sur la table pour la construction de ce canal ». Il a rappelé que « le Contrat de plan Etat Région va, dans le même temps et sur 5 ans, consacrer à l’axe Seine… 95 millions, (118.9 millions plus précisément en ajoutant les contributions des collectivités normandes)… Soit tout juste 6 % de la somme totale engagée pour le Canal ».

Craignant que « la petite musique gouvernementale du tout va bien, hypnotique en la circonstance, ne finisse par endormir certains de nos parlementaires seinomarins qui devraient continuer de se mobiliser avec ardeur pour obtenir les investissements nécessaires à l’avenir des ports normands et des emplois qui leur sont liés », il a rappelé : « le retard considérable pris par nos ports en matière d’investissements fluviaux et ferroviaires, notamment en raison de l’absence d’une véritable volonté de l’Etat sous les différents gouvernements qui se sont succédés depuis 2002 ». Avant de prévenir : « A ce rythme, il faudra un demi-siècle à nos ports pour pouvoir rivaliser avec l’empreinte écologique du canal… ».

Télécharger l’intervention complète de Jean-Paul Lecoq : Intervention JPL contrat agglo