Catégorie dans Communiqué

Séverine Botte succède à Nicolas Langlois à la présidence du groupe des élus de la Gauche combative, communiste et républicaine au Département

Nicolas Langlois, Maire de Dieppe, ayant été élu en décembre dernier Président de l’agglomération dieppoise, il a souhaité passer le relais de la présidence du groupe des élus de la Gauche combative, communiste et républicaine au Conseil départemental, présidence qu’il exerçait depuis 2021, afin de concentrer son temps sur Dieppe et son territoire.

Pour lui succéder, les élus du groupe ont élu Séverine Botte, Conseillère départementale du canton de Saint-Etienne-du-Rouvray depuis 2015, et 1ère adjointe au Maire d’Oissel.

Comme l’a déclaré Nicolas Langlois : « Séverine a l’expérience et les convictions pour peser dans cette assemblée dominée par le droite macroniste, et organiser la vie de notre groupe ».

Le groupe est composé de :

  • Séverine Botte, 1ère Adjointe au Maire d’Oissel, Conseillère départementale du canton de Saint-Etienne-du-Rouvray ;
  • Alban Bruneau, Maire de Gonfreville l’Orcher, Conseiller départemental du canton Le Havre 3 ;
  • Maryline Fournier, Maire d’Arques-la-Bataille, Conseillère départementale du canton Dieppe 2 ;
  • Sophie Hervé, Conseillère municipale du Havre, Conseillère départementale du canton Le Havre 3 ;
  • Laurent Jacques, Maire du Tréport, Conseiller départemental du canton d’Eu ;
  • Nicolas Langlois, Maire de Dieppe, Conseiller départemental du canton Dieppe 2 ;
  • Christine Morel, Maire d’Harfleur, Conseillère départementale du canton Le Havre 2 ;
  • Joachim Moyse, Maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, Conseiller départemental du canton de Saint-Etienne-du-Rouvray ;

Mobilisation pour assurer l’avenir des Centres sociaux

La forte inflation touche les centres sociaux, socioculturels et espaces de vie sociale, alors que les charges augmentent, les subventions stagnent voire diminuent. Aussi, la Fédération nationale des centres sociaux qui regroupent 1.400 centres sociaux dont de nombreux en Seine-Maritime, appelle au « déblocage d’un fonds de soutien exceptionnel pour permettre aux structures de fonctionner normalement, de maintenir des actions en faveur des solidarités, dans un contexte de crise sociale qui augmente les besoins des usagers. »

Les Conseillers départementaux du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine soutiennent la mobilisation des centres sociaux et ont pris différentes initiatives pour contribuer à la satisfaction de leurs justes revendications.

A l’image de la saisine du 1er Ministre par Nicolas Langlois, Maryline Fournier et Laurent Jacques, aux côtés du Député Sébastien Jumel et du Maire d’Eu.

(cliquer sur les images pour agrandir)

Pour télécharger leur courrier : Let PM centres sociaux

Alban Bruneau est venu soutenir les dirigeants et les salariés du Centre social AGIES à Gonfreville l’Orcher.

Pour ouvrir la pétition lancée par la Fédération des centres sociaux : Pétition centres sociaux

Appel pour ne pas appliquer la loi immigration

La loi « asile-immigration » votée par le Parlement fin 2023 constitue un recul inédit des protections et des droits garantis aux étrangers dans notre pays. Cette loi bafoue les principes issus de la Révolution française, restreint l’accès aux prestations sociales et au logement pour les étrangers qui séjournent de manière régulière en France.

32 départements en France se mobilisent comme « bouclier républicain » et n’appliqueront pas le durcissement des conditions de versement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA).

Les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine au Conseil départemental de Seine-Maritime viennent d’écrire au Président du Département pour lui demander de se joindre à ce mouvement et d’en faire autant.

(cliquer sur l’image pour agrandir)

Pour télécharger la lettre du groupe : Loi immigration  – Pdt

Tribune du mois de janvier : Une bonne année 2024 : C’est possible !

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de janvier 2024

Une bonne année 2024 : C’est possible !

Nous vous souhaitons une bonne année, résolument solidaire et combative, pour surmonter les difficultés qui obscurcissent le quotidien.

Le dire c’est bien, mais le faire en y contribuant par les décisions politiques que le Conseil départemental est amené à prendre tout au long de l’année, serait encore mieux !

Raison pour laquelle nous nous mobilisons pour faire avancer les propositions que nous portons afin de pouvoir compter sur un Département pleinement engagé à vos côtés.

  • Pour remédier aux difficultés à trouver un médecin en créant des centres de santé départementaux avec des médecins salariés ;
  • Pour en finir avec la crise du logement en augmentant la construction et la rénovation du parc public par le doublement des aides aux bailleurs sociaux ;
  • Pour expérimenter un revenu d’autonomie pour les jeunes ;
  • Pour étendre les dispositifs individuels de solidarité aux salariés modestes dont le salaire ne suffit plus pour payer les factures ;
  • Pour reconstruire et rénover plus de collèges ;
  • Pour décider une baisse généralisée des tarifs de cantine au moment où la Droite applique sa décision de les augmenter dans un tiers des collèges…

Le Département dispose de 188 Millions d’€ disponibles et de 40 Millions d’€ bloqués inutilement pour le projet de contournement routier de Rouen qui ne verra jamais le jour en raison de sa nocivité pour la santé et l’environnement. Il y a donc de quoi faire !

Ce sont ces propositions que nous défendons dans le cadre de la préparation du budget départemental 2024 : gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Janvier 2024

Tribune du mois de novembre : Crise du pouvoir d’achat, en finir avec la fatalité !

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de novembre 2023

Crise du pouvoir d’achat : en finir avec la fatalité !

Les crises s’empilent et 1 habitant sur 3 vit désormais sous contrainte face à ses dépenses essentielles. C’est considérable. Disposer d’un emploi ne protège plus forcément contre la vie trop chère.

Or il n’y a pas de fatalité dans cette situation indigne d’un pays qui bat des records de richesses sans qu’elles ne bénéficient à ceux qui les produisent.

A coup de petits chèques, petites primes, et grande communication, le gouvernement met des pansements là où il faudrait traiter les problèmes à la racine.

Contre la hausse des prix, le pouvoir d’achat amputé, la pauvreté qui progresse, des mesures fortes sont nécessaires :

  • Augmenter salaires et pensions, et les indexer sur l’inflation ;
  • Imposer fortement les superprofits et les dividendes ;
  • Établir par la loi une réelle égalité Femmes-Hommes ;
  • Nationaliser le secteur de l’énergie ;
  • Et rétablir l’encadrement des prix.

Il faut aussi que le Département agisse davantage pour protéger les plus modestes avant qu’ils ne basculent à leur tour dans la pauvreté en décidant :

  • D’étendre les dispositifs de solidarité et le Fonds de Solidarité Logement (FSL) aux salariés modestes ;
  • De lancer un grand plan d’aide alimentaire pour accompagner les associations, les centres sociaux et les CCAS face à l’accroissement des demandes ;
  • De baisser les tarifs de restauration dans les collèges.

Et une politique de l’habitat volontariste garantissant à chacun un logement adapté à ses besoins.

Le Département en a largement les moyens.

Ce sont ces propositions que nous défendons : gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Novembre 2023

Tribune du mois de septembre : Renforcer la République, c’est renforcé les services publics de proximité

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de septembre 2023

Renforcer la République, c’est renforcer les services publics de proximité 

L’enseignement public n’a pas de prix tellement l’Éducation Nationale représente un investissement crucial au service des futurs citoyens, des futurs actifs, et de la société toute entière.

Il en va ainsi de l’école, de la santé et des autres services publics : ce qui permet à la République de remplir son rôle, c’est sa capacité à organiser des services accessibles, en proximité, couvrant l’ensemble des besoins des habitants, de la petite enfance jusqu’à nos ainés.

Si le Département est le garant des solidarités, il doit s’interroger sur ce qu’il s’est passé au début de l’été, aux côtés de l’État, des acteurs de l’éducation populaire, des élus municipaux, pour analyser et répondre concrètement aux besoins, aux urgences.

La République est abîmée, des habitants ont eu peur, sont en colère, ils attendent des réponses. Le besoin d’égalité, de respect, d’écoute de tout le monde est grand. Nous avons besoin d’une police de proximité avec des liens renforcés avec les citoyens. Nous avons besoin d’écoles aux classes de 19 élèves maximum et de formations pour se dessiner un avenir. Nous avons besoin d’en finir avec la crise du logement, de l’hôpital, de mettre un terme aux inégalités, à la pauvreté grandissante en répartissant équitablement les richesses produites par tous.

C’est par ces investissements et politiques publiques fortes que la République retrouvera l’apaisement et que la fraternité se substituera aux divisions et aux tensions.

Ce sont ces propositions que nous défendons : gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Septembre 2023

RD925 (entre Dieppe et les 3 Villes Soeurs) : nouvelle intervention pour sa modernisation

Si les élus locaux, sous l’impulsion des Conseillers départementaux Maryline Fournier, Valérie Garraud, Laurent Jacques, et Nicolas Langlois, avec le soutien du Député Sébastien Jumel, ont d’ores et déjà obtenu du Département le doublement de la RD925 entre Dieppe et la centrale de Penly, indispensable notamment pour accueillir le futur EPR, le reste de cet axe majeur du nord de la Seine-Maritime doit également pouvoir bénéficier d’aménagement pour le sécuriser et le moderniser.

C’est pourquoi, ils sollicitent le Président du Département afin que des études soient rapidement engagées sur la portion de la RD925 comprise entre Penly et les 3 Villes Soeurs. 

(Cliquer sur les images pour agrandir)

Pour télécharger le courrier : RD925 Penly/Villes Soeurs

A lire également : RD925 « Paris-Normandie »

Laurent Jacques demande le maintien de l’effectif des agents Départementaux affectés au collège Rachel-Salmona

Inquiet par la diminution annoncée du nombre d’agents techniques départementaux affectés au collège Rachel-Salmona du Tréport pour la rentrée, Laurent Jacques vient de saisir le Président du Conseil départemental. Il demande le maintien de l’effectif actuel afin d’éviter une dégradation évidente de l’entretien de cet établissement si le Département persiste dans ses décisions actuelles.

Il rappelle notamment qu’en « réduisant les moyens humains dans les collèges, le Département joue le même jeu que l’État dans les domaines qui sont les siens et risque de faire face aux mêmes conséquences : un manque de respect des locaux et du personnel, des dégradations et une qualité de vie à l’école qui se délite. La réussite de nos élèves passe aussi par l’attention portée à l’entretien des établissements qu’ils fréquentent. »

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Pour télécharger le courrier : Effectif technique collège Salmona 2023

Tribune du mois de juillet : Vacances pour tous ! Chiche ?

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de juillet 2023

Vacances pour tous ! Chiche ?

Partir en vacances est d’utilité publique : c’est bon pour le moral, la santé, pour les liens et la société. Or malgré les congés payés créés par la Gauche en 1936 et le droit aux vacances pour tous inscrit dans la loi depuis 1998, 40% des Français ne partent pas faute de ressources suffisantes, même avec un salaire.

Ce grand écart entre la loi et la réalité des familles ne choque ni le gouvernement préoccupé de défendre les intérêts des plus riches, ni la droite au Département. Ils se reposent sur les associations, communes et comités d’entreprise pour que ce droit puisse toucher le plus grand nombre.

La Seine-Maritime met en avant ses nombreux atouts touristiques et propose de pouvoir « Lire à la plage ». Mais que fait-elle pour que les seinomarins profitent de vacances bien méritées et pas seulement en traversant la rue ?

Il n’y a pas de fatalité ! Le Conseil départemental serait donc bien inspiré d’ouvrir un dispositif pour aider aux vacances des familles. Ou pour soutenir les communes qui à Dieppe, Arques, à Harfleur, Gonfreville l’Orcher, à Saint-Étienne-du-Rouvray, Oissel ou à Eu, au Tréport, organisent des séjours pour les jeunes, les familles, et investissent dans des centres de vacances à la montagne, en bord de mer ou… de rivière.

Et sur ce dernier point, les conseillers départementaux ne peuvent pas laisser la base de la Varenne, poumon vert du Nord du département, être vendue à un promoteur privé !

Ce sont ces propositions que défendent les élus de la Gauche combative pour faire des vacances pour tous, une réalité. gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Juillet 2023

Tribune du mois de mai : L’urgent besoin de solidarité du Département face à la baisse du pouvoir d’achat

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de mai 2023

L’urgent besoin de solidarité du Département face à la baisse du pouvoir d’achat

  • Quand les prix explosent au point qu’il devient de plus en plus difficile de remplir son caddie et de payer ses factures d’énergie ;
  • Quand les salaires et les pensions ne suivent pas ;
  • Quand aller travailler tous les jours paie de moins en moins ;
  • Quand la pauvreté gagne sans cesse du terrain ;
  • Quand on se trouve privé de soins ;

le Département, en charge des solidarités, a le devoir d’agir en adaptant ses dispositifs et en expérimentant des réponses nouvelles, à hauteur des problèmes rencontrés par un nombre croissant de foyers.

Le Fonds de Solidarité Logement (qui intervient aussi sur l’énergie), ou les dispositifs de solidarité individualisés doivent être accessibles aux salariés aux ressources modestes, ils en sont exclus actuellement ;

Un Revenu minimum d’autonomie pour les jeunes, dont un tiers en Seine-Maritime vivent sous le seuil de pauvreté, doit pouvoir être expérimenté, comme d’autres départements le font ;

Un service public de l’aide à domicile doit être réfléchi pour couvrir 100% des besoins ;

Un tiers des foyers pouvant accéder à un accompagnement financier de solidarité en sont privés, souvent faute d’information ou perdus dans les méandres de la dématérialisation : la lutte contre ce non recours aux droits doit être une priorité.

Ce sont notamment ces propositions qui sont défendues par les élus de la Gauche combative, communiste et républicaine afin que le Département agisse réellement aux côtés des seinomarins pour soutenir leur pouvoir d’achat.

gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Mai 2023