Tribune de juillet 2015 : Pas de République sans égalité et fraternité !

panneau-liberte-egalite-fraternite-copy

Pas de République sans égalité et fraternité

Elus du Front de Gauche, nous sommes Républicains comme tous les autres élus de notre assemblée départementale.

Pourtant l’UMP visiblement mal à l’aise dans ses baskets libérales, vient de se rebaptiser Les Républicains pour détourner, confisquer à son profit les valeurs d’une République à laquelle sont fortement attachés nos concitoyens.

Ce relooking ne trompera personne car être Républicain ne prend pas le même sens selon que l’on soit de Gauche ou de Droite. La Droite réduit la République à la seule valeur Liberté – la liberté du renard libre dans le poulailler -, quand la Gauche accompagne la Liberté par ses sœurs : l’Egalité et la Fraternité.

Agir pour la liberté bien sûr, mais pour celle qui entend protéger les droits individuels et collectifs en ne laissant personne sur le bord du chemin, pas pour celle qui casse les boucliers sociaux, déréglemente et considère que tout s’achète et se vend, que tout est marchand, afin qu’une petite minorité se goinfre toujours plus sur le dos de tous les autres.

La République de Sarkozy, nous y avons déjà goûtée, elle a laissé un goût bien amer pour des millions de Français, demandeurs d’emploi, salariés, retraités, classes moyennes… malmenés, matraqués, indignés. A l’échelle départementale comme au plan national, nous portons quand à nous une autre voie, pour une autre politique plus conforme à l’esprit de notre République sociale.

Pour télécharger le texte… tribune

CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée) : Les Communes et les Départements dans le viseur !

justice_fiscale

Dans son empressement à créer, dans le dos du peuple qui n’aura même pas été consulté, de nouvelles régions mastodontes pour plaire à Bruxelles toujours soucieux d’éloigner les gens des centres de décision, de concentrer, d’agglomérer, le Gouvernement avait oublié un point essentiel : leur financement !

Plus grandes, dotées de nouvelles compétences permettant à l’Etat de se défausser davantage de ses missions, les nouvelles Régions auront besoin de carburant. Personne n’ose imaginer leur financement par une augmentation des impôts locaux qui ont atteint un niveau insupportable. Ce notamment parce que l’Etat ne cesse de diminuer, par ses choix d’austérité, ses propres financements pour les communes, départements et régions.

La Ministre en charge du tripatouillage territorial a pour ordre, coute que coute, d’aboutir à déshumaniser l’organisation du territoire national, en réduisant notamment le poids, missions et pouvoirs des communes et départements. Elle avait par contre, comme qui dirait, un problème sur les bras, qu’elle vient de solutionner… à sa manière bien sûr : Il était urgent qu’elle dope les nouvelles Régions. Mission accomplie, mais à quel prix ! Les départements et les communes vont trinquer…

(lire la suite…)

Communiqué sur la CVAE

Conseil Départemental du 22 juin, les élus communistes face aux défenseurs du Libéralisme…

fotolia_65240736_subscripti

Après l’installation en avril du nouveau Conseil Départemental, la séance plénière du 23 juin fut l’occasion pour la nouvelle majorité de Droite, de prendre ses premières mesures qui, sans surprise, consistent à donner priorité au désendettement, au détriment du renforcement de l’investissement (désormais à un niveau historiquement bas) et de la couverture à un niveau adapté, des besoins des seinomarins…

Se défendant pourtant, face aux interventions répétées des élus du groupe qui sont montés au front inlassablement durant toute la séance, de renforcer l’austérité précédemment engagée par les socialistes, le Président n’a pas su, et pour cause, expliquer comment il pouvait tout à la fois : renforcer les moyens des services notamment dans les secteurs des solidarités, conforter les investissements, maintenir le maillage de proximité des services départementaux, aider davantage les communes, tout en n’augmentant pas la fiscalité et en diminuant l’endettement, le tout dans un contexte marqué par une baisse sans précédent des dotations de l’Etat… Et pour cause, la seule réponse de la Droite à cette équation s’appelle l’austérité et par conséquent la suppression ou la diminution de services ou de dispositifs départementaux, mais chut, ceci est un secret… de polichinelle. Le Département prépare bel et bien un « service minimum » comme l’avait dénoncé Hubert Wulfranc lors de l’élection du Président.

La nouvelle majorité aurait-elle honte d’être libérale ?

C’est la question que Jean-Paul Lecoq puis Hubert Wulfranc ont par conséquent posé à plusieurs reprises, notant au passage que le début de certaines interventions comme celle de la Présidente du Groupe de la majorité ou du Vice Président en charge de l’agriculture (sur la nécessité d’une nouvelle politique agricole, sur la baisse des dotations de l’Etat ou encore sur l’importance du service public de proximité), ressemblaient beaucoup à ce que les élus communistes disent depuis longtemps. Les mettant en contradiction, les élus communistes ont rappelé que vouloir une intervention de l’Etat et des collectivités dans l’économie, ce n’était pourtant pas très libéral… Quant aux élus socialistes, bien silencieux dans l’ensemble en comparaison au nombre et à la force des interventions des élus communistes et républicains, aucun doute possible : tous derrière le gouvernement en attendant des jours meilleurs et une reprise de la croissance que l’un d’eux a même affirmé avoir constaté, ce qui n’a pas manqué de provoquer les éclats de rire de l’assemblée…

En Direct juin 2015

Projet de canal Seine Nord, une table qui ne tourne pas rond…

pilote

Pour répondre aux nombreuses démarches engagées contre les graves menaces pour les ports, l’économie et l’emploi normands que comporte, en l’état, la construction du Canal Seine Nord validée récemment par le Gouvernement, une table ronde était organisée ce matin par les représentants de l’Etat, en sous-préfecture du Havre.

L’occasion pour les acteurs sociaux, économiques et les élus du territoire qui ne sont pas restés silencieux, de réaffirmer que le gouvernement a encore la possibilité de faire de la construction de ce canal européen un projet qui unisse au lieu de diviser les territoires, de les opposer.

Cela nécessite des investissements importants pour accroitre le fret fluvial et ferroviaire et ainsi rattraper le retard considérable accumulé dans ce domaine par nos ports, en raison de l’absence d’une volonté forte de l’Etat, pour développer les atouts considérables de notre façade maritime.

Mais de stratégie au service du développement maritime national, de volonté politique claire pour miser sur les ports français et favoriser leur empreinte écologique indispensable à leur attractivité, il n’en fut guère question ce matin de la part des représentants de l’Etat.

Une simple navigation à vue, sans cap, ni carburant. A ce rythme le Gouvernement joue clairement contre l’intérêt national pour se ranger une fois de plus derrière celui de Bruxelles.

(lire la suite…)

communiqué de JP Lecoq après table ronde

Projet de Canal Seine Nord, la mobilisation des élus communistes commence à payer…

canal 4

Pour faire suite aux précédentes démarches engagées par les élus communistes et républicains, notamment lors de la séance du Conseil Départemental du lundi 23 juin (voir les billets précédents publiés sur ce blog), le Conseil Départemental de Seine Maritime vient de prendre une position claire et conforme à ce que nous en attendions sous l’impulsion de Jean Paul Lecoq.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE JEAN PAUL LECOQ

 CANAL SEINE NORD, LE DEPARTEMENT PREND POSITION

Lors de la séance du Conseil Départemental du lundi 23 juin 2015, mes camarades du groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche, et moi même sommes intervenus à de multiples reprises pour inviter le Département à adopter une position forte concernant le projet de Canal Seine Nord, qui, en l’état, menace gravement les ports et l’économie normande.

La Commission Transport du Département s’est réuni ce jour à cet effet et a adopté, à l’unanimité des votants – les élus socialistes semblant ou feignant de découvrir ce sujet et ses enjeux – la motion ci-jointe. Je m’en réjouis, convaincu que le rassemblement des forces vives normandes, élus, décideurs, acteurs économiques, syndicats et habitants, au delà de leurs sensibilités, est de nature à faire de ce futur canal un projet unissant les territoires au lieu de les diviser, de les opposer, comme il est question aujourd’hui. Il doit également garantir un parfait respect de l’environnement ce qui, là encore, n’est pas le cas actuellement.

Car l’enjeu est bel et bien de doter les ports normands des investissements indispensables pour accroitre le fret fluvial et ferroviaire et ainsi rattraper le retard considérable accumulé dans ce domaine. La réduction de l’empreinte carbone des marchandises transportées qui semble guider Bruxelles et le gouvernement français dans leur empressement à construire ce canal ne peut pas être à géométrie variable, surtout en cette année où notre pays va accueillir la COP 21, la conférence des nations sur les changements climatiques. Ce qui est valable pour le projet de canal en matière de réduction de l’empreinte carbone des marchandises l’est tout autant pour les ports normands.

Sans une action résolue de l’Etat à travers les investissements attendus pour que les ports normands et en particulier celui du Havre améliorent considérablement leurs atouts écologiques, leur compétitivité s’en trouvera profondément affectée et par conséquent les emplois et activités qui leur sont liés.

C’est ce que j’entends défendre lors de la table ronde organisée par l’Etat, lundi au Havre.

Jean Paul LECOQ

Maire de Gonfreville l’Orcher,

Vice Président de la CODAH,

Conseiller Départemental

Le Havre, le 26 juin 2015

Avis du Département – communiqué de JP Lecoq

Budget du Département, ce n’est pas un scoop, mais ça commence très mal !!

austérité 3

Une série de délibérations a permis à la Droite de modifier le budget 2015 du Département en faisant du désendettement sa priorité première… Un choix dénoncé par les élus communistes et républicains qui auraient voulu que l’importante marge de manœuvre dégagée de l’exécution du dernier exercice budgétaire 2014 puisse être affectée à des dépenses utiles pour répondre aux besoins des seinomarins et non pour répondre aux brevets libéraux décernés par la Chambre Régionale des Comptes ou les agences de notation…

Concernant le Compte administratif 2014 (bilan de la gestion du Département pour l’année 2014), Hubert Wulfranc a tout d’abord relevé le danger représenté par la baisse, en 2015, du niveau des investissements du Département décidé par l’ancienne direction socialiste et confirmé par la nouvelle majorité : « Le Compte administratif indique un niveau de dépenses réelles d’investissement, hors gestion de la dette, de près de 191 millions d’euros pour l’exercice 2014… Cette somme est pourtant à rapprocher du niveau d’investissement fixé à la baisse pour s’établir à hauteur de 170 millions d’euros au budget 2015 ainsi qu’au Plan Pluriannuel d’Investissement.

L’enveloppe consacrée aux investissements devrait donc subir une réduction de 11% cette année en comparaison avec 2014. Et encore, cette année 2014 est loin de représenter une référence en la matière puisque, pour mémoire, le budget d’investissement de notre collectivité a culminé à son plus haut niveau en 2008 avec une enveloppe de 340 millions. L’investissement départemental a ainsi été divisé par deux depuis le déclenchement de la crise économique de 2008.

Combien d’équipements collectifs utiles à la population ont été remisés aux placards du fait de l’effondrement de l’investissement public, notamment départemental ? Combien d’emplois ont déjà été détruits dans le secteur du BTP, où sont en passe de l’être, du fait de l’assèchement des commandes publiques à même de prendre le relais de l’investissement privé devenu aujourd’hui atone ?

Par ailleurs, le Compte administratif fait état d’une baisse des dotations versées par l’Etat, notamment la Dotation Globale de Fonctionnement à hauteur de 7,8 millions d’euros entre 2013 et 2014. Cette réduction des concours de l’Etat s’inscrit dans le plan global de réduction des déficits publics fixé par le Gouvernement à hauteur de 11 milliards d’euros pour les collectivités locales. Un plan destiné à financer les différents dispositifs de soutien à la compétitivité des entreprises qui s’avèrent plus inefficaces les uns que les autres en termes de créations d’emplois et de croissance, mais qui sont particulièrement coûteux pour la population.

Malgré les baisses de dotations imputables au Gouvernement et l’accroissement des dépenses sociales insuffisamment compensées par l’Etat sur la dernière période, notre collectivité a néanmoins dégagé un résultat excédentaire affectable de 208,8 millions sur la section de fonctionnement, n’en déplaise à la droite qui a crié à la faillite du Département lors de la dernière campagne électorale ».

Le rapport suivant se proposait d’affecter les 67,1 millions d’euros tirés de l’excédent de fonctionnement 2014 à la section d’investissement, contre 141,7 millions en recettes sur la section de fonctionnement.

Pour les élus Communistes et Républicains / Front de Gauche la priorité de l’affectation du résultat devait être donnée à l’investissement et au renforcement des services du Département pour répondre aux besoins de la population en cette période de crise économique et sociale aigue. Or, la proposition d’affectation portée par la Droite vise avant tout à réduire le recours à l’emprunt dans une optique de désendettement accrue alors que des services ou des actions mériteraient d’être davantage soutenus à l’instar des projets sociaux de territoire abondés seulement à hauteur de 500.000 euros. Le groupe a voté contre cette délibération et l’affectation du résultat proposé.

Puis, un débat s’est instauré autour du budget supplémentaire conçu par la nouvelle majorité de Droite. L’occasion pour les élus communistes et républicains, Front de gauche, de rappeler leur conception de l’action publique. Ils ont voté contre cette décision budgétaire modificative…

Lire la suite

Interv HW DM 2

Egalité homme / femme, Séverine Botte intervient en séance de l’assemblée départementale

photo-3

« Monsieur le Président,

Le document proposé à la signature du Président du Département offre une vision d’ensemble de la prise en compte de la thématique de la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes au niveau de l’action de l’Etat au plan régional, et départemental, ainsi que des projets des collectivités publiques, des associations ou encore des organisations privées qui s’engagent sur ce terrain.

Le document balaie un large champ d’interventions traitant aussi bien des problématiques liées à l’orientation et à l’égalité professionnelle, à la place des femmes dans la vie politique et sociale, au droit des femmes de disposer de leurs corps ou encore de la lutte contre les violences dont elles sont parfois victimes.

Si les fiches actions prévues par ce programme sont toutes de qualité je me permets néanmoins de soulever deux remarques… »Lire la suite

Interv SB PIDFE

Les élus communistes exclus de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI)

JPL

« Monsieur le Président,

Vous avez pêché par gourmandise, voilà une excellente occasion de vous repentir… C’est comme cela que l’on dit je crois dans un langage que je maitrise mal, quand on peut réparer, quand on doit réparer une faute…

Il n’aura échappé à personne que notre groupe politique a été exclu de cette représentation importante dont la vocation est, ni plus ni moins, de renforcer l’intercommunalité en favorisant le dialogue et en recherchant le consensus. Ca commençait mal avec notre éviction…

Nous plaidons par conséquent de nouveau pour que la représentation départementale au sein de la CDCI repose sur une liste unique sur laquelle chaque groupe est représenté.

Par ailleurs, il serait totalement contre-productif de s’entêter à exclure de fait notre force politique en sachant que la CDCI aura comme enjeux prioritaires de renforcer la coopération intercommunale en régions havraise et dieppoise. Cette question, en région rouennaise, étant de fait réglée avec la création de la Métropole.

Le Havre et Dieppe mobiliseront désormais une bonne partie des travaux de cette commission, deux pôles départementaux sur lesquels le Parti Communiste, Front de Gauche demeure la force politique principale à gauche, comme l’ont encore démontré les dernières élections.

J’ajouterais de ce point de vue que le remplacement d’un élu Départemental havrais par un autre élu Départemental havrais serait de bon sens… »

Les élus communistes et républicains, Front de gauche, n’ayant pas été entendus ni par la Droite, ni par le Parti Socialiste, ont voté contre cette délibération en rappelant que « sur 6 sièges à pourvoir, 6 sont attribués à des libéraux, ceux de Droite comme ceux de Gauche ». Le Front de Gauche qui est la seule formation à faire entendre une autre voix est exclue de cette instance importante.

Aide du Département aux agriculteurs en difficultés : les élus communistes et républicains en appellent à une nouvelle politique agricole

refusons_lausterite

Jean-Paul Lecoq sonne la charge pour libérer l’agriculture du libéralisme…

« Le Groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche votera des huit mains cette délibération pour que les agriculteurs en difficulté puissent bénéficier pleinement de la solidarité départementale et européenne. L’Europe leur doit bien ça !

Mais, si nous voulons vraiment agir pour résoudre durablement les difficultés auxquelles sont confrontés nos agriculteurs, il conviendrait d’agir, ensemble, pour en finir avec le libéralisme économique et politique qui cause tant de ravages et produit tant d’aberrations pour la grande majorité des agriculteurs, pour l’environnement comme pour les consommateurs.

Que la puissance publique intervienne pour apaiser les dérives du marché auprès des plus fragiles, des plus touchés, c’est un devoir de solidarité mais la puissance publique pourrait intervenir bien plus efficacement en faveur d’une politique qui mettrait à l’abri les agriculteurs contre ces mêmes dérives.

Nous en appelons à la définition d’un projet rural d’avenir pour une agriculture devant, selon nous, se rapprocher des consommateurs, créer de l’emploi sur le territoire et respecter son environnement »La suite ci-dessous

Une intervention saluée, c’est un comble ou une surprise c’est au choix…, par le Vice-Président du Département en charge de l’agriculture et par le silence des élus socialistes qui visiblement, sur les questions agricoles, n’ont pas grand-chose à dire…

Interv JPL Agriculture

Politique de la Ville : le coup de colère des élus communistes et républicains ou comment prendre aux pauvres pour donner aux plus pauvres !

prince ville

Le Département délibérait ce matin sur l’accompagnement départemental des nouveaux contrats de ville. Une politique de la Ville imaginée par le Gouvernement dont le but évident est de réduire les sommes publiques dédiées aux quartiers dit prioritaires.

Après que les élus PS, dans une défense aveugle des décisions austéritaires du gouvernement, aient osé vanter les mérites de ce nouveau dispositif, en soulignant notamment les 100 communes faisant leur entrée dans la géographie prioritaire, tout en oubliant de dire que dans le même temps, 300 ne sont plus éligibles, Hubert Wulfranc a dénoncé cette réforme de la Politique de la ville.

Une réforme « initié par le Gouvernement pour faire des économies au détriment de la prévention, des efforts pour lutter contre l’exclusion ». Avant de poursuivre : « Par jeu de passe-passe, d’enfumage, à partir de critères fabriqués pour aboutir au résultat commandé, à savoir restreindre la part globale de financement d’Etat, et en exigeant au passage un effort constant, voire en progression des collectivités locales qu’il étouffe par ailleurs à travers la baisse historique et inique de ses dotations, le Gouvernement et sa majorité en arrivent à intervenir en faveur des plus pauvres en prenant aux tout petit peu moins pauvres ».

Avec 1.300 quartiers retenus en Métropole contre plus de 2.500 précédemment, le gouvernement a annoncé une « géographie prioritaire resserrée », ce qui a fait dire à Hubert Wulfranc « on ne rationnalise plus, on rationne ! Il en va ainsi de la Politique de la ville comme de l’Education Prioritaire !! », ajoutant que « la politique de la Ville s’est étroitisée !! ».

En revanche, s’agissant ici de l’accompagnement du Département au dispositif, le Groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche a voté favorablement sur cette délibération.