Halte à la répression syndicale : les élus communistes saisissent le gouvernement au Sénat

PJB - copie

A la demande notamment des élus communistes de la région havraise Sophie Hervé, Jean-Louis Jegaden, Jean-Paul Lecoq, Christine Morel et Nathalie Nail relayés par Thierry Foucaud Sénateur de Seine-Maritime, Jean-Pierre Bosino, Sénateur de l’Oise, a interpellé cet après-midi le gouvernement, lors des questions d’actualité, sur la situation chez SIDEL et sur les nombreuses autres luttes sociales conduites à travers le pays. Il a dénoncé notamment une criminalisation de l’action syndicale en demandant que le gouvernement entende les salariés et cesse la casse du Code du travail.

Pour télécharger le texte de la question : JPB-10-12-15

Pour prendre connaissance de la réponse apportée par le gouvernement :

http://videos.senat.fr/video/videos/2015/video31050.html

Régionales : l’appel de Jean-Paul Lecoq

12208674_1008705999192457_8012552800106036125_n

Entre les deux tours des élections Régionales, Jean-Paul Lecoq, Maire de Gonfreville l’Orcher et Conseiller Départemental, lance un appel pour construire une nouvelle République sociale

« Je ne me satisfais pas de ce résultat, il faut faire plus pour peser sur le cours des choses et pour faire plus, il faut être plus nombreux. Aussi je pense que l’heure est venue pour inviter tous ceux qui aujourd’hui ne se résignent pas à la situation actuelle, à s’engager plus encore qu’ils ne le font déjà au quotidien, même si je sais que certains sont déjà très investis.

Le Parti Communiste Français est, j’en suis sûr, le parti qui rassemblera dans l’avenir les forces qui devront proposer à notre peuple une autre République, où le pouvoir est réellement entre les mains des citoyens, de nos quartiers à la nation, en passant par l’entreprise, l’école, l’université et tous les services publics, une république où l’argent redeviendra uniquement la monnaie d’échange et non l’instrument de la domination des êtres humains.

Venez, adhérez, participez, bousculez, inventez, vivez, vivons ensemble nos espoirs.

Seulement la moitié de notre peuple s’est exprimé lors de ce scrutin. Cela laisse un immense espace de reconquête citoyenne. Je veux rester optimiste même si je pense que notre beau pays va vivre des heures sombres, peut être terribles s’il n’y a pas de réveil citoyen rapide. Et pas uniquement pour chanter la Marseillaise, sortir le drapeau ou encore réciter la devise de la République, mais bien pour écrire l’avenir de cette République. »

Le texte complet de l’appel… Déclaration de JP Lecoq

Attentats de Paris, déclaration de Jean-Paul Lecoq

12227092_1030067240378034_4894338098725094222_n

UNITE CONTRE LE TERRORISME ET LA GUERRE

Bouleversé par les lâches attentats qui viennent de frapper Paris, et à travers sa capitale, tout le peuple de France, mes pensées et tout mon cœur vont aux victimes et à leurs proches, assassinées au delà de leur origine, de leur situation, de leur religion et de leur couleur de peau par le fanatisme né de la haine et de l’ignorance.

Face à cette attaque ignoble, la solidarité et l’unité de la Nation derrière la bannière de notre République et ses valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité sont d’une nécessité absolue ! Elles constituent la seule réponse efficace qui puisse être dressée avec détermination face à ces terroristes et tous ceux qui voudraient s’en servir.

Le prix de la paix vaut bien celui de tous les Rafales du monde, les logiques de guerre ne conduisant qu’à la guerre. Seul le respect du Droit international, la lutte contre toutes les formes d’injustice et le droit au développement des peuples partageant la même planète sont de nature à mettre un terme à toutes les violences et les massacres qui endeuillent l’humanité, et ce soir de nouveau notre pays.

L’Etat a le devoir de protéger tous ses citoyens, il se doit également de répliquer et d’agir dans le cadre du Droit international. Intervenir autrement, ce serait exactement ce que recherchent ceux qui ont organisé ces attentats odieux.

Soyons unis, forts et intelligents.

Télécharger la déclaration : Bouleversé par les lâches attentats qui viennent de frapper Paris et à travers sa capitale tout le peuple de France

Tribune de novembre : à l’aube du budget départemental 2016, la feuille de route des élus du Front de Gauche

image001.gif

La France souffre de l’austérité, matraquée par les politiques des gouvernements successifs appliquant les mêmes recettes, subissant les mêmes échecs, parce que cette ordonnance ne soigne pas, elle empoisonne.

Le pouvoir d’achat, les services publics diminuent, les impôts et taxes augmentent, les collectivités sont étranglées, les emplois disparaissent, pendant que l’argent public est utilisé pour accorder aux multinationales des cadeaux fiscaux restant sans effet sur le chômage, mais pas sur le niveau des comptes en banque des dirigeants et actionnaires. La richesse progresse mais pas pour tout le monde !

A l’aube du budget 2016 du Département, tout cela va peser beaucoup. Un budget s’annonçant complexe en raison du contexte et des choix dogmatiques de la nouvelle majorité qui joue au comptable au lieu d’entreprendre.

Comment faire plus car les seinomarins ont besoin de nous, avec moins de moyens ? Une équation à laquelle la Droite devra répondre dans le respect des engagements qu’elle a pris en faveur des communes et des solidarités. Dénonçant le gouvernement pour ses dérives libérales, elle devra faire autrement. Reste à savoir comment ?

Comptez en tout cas sur nous pour être vigilants. Tout ce qui contribuera à la solidarité emportera notre soutien. Tout ce qui renforcera l’austérité rencontrera notre opposition résolue et donc active.

Télécharger la tribune : Tribune 2015 11

La SNCF et le développement durable ? Le dire c’est bien, mais le fer c’est mieux !!

SNCF

« Le train du climat affrété par la SNCF fera escale au Havre mercredi, anticipant sur la COP 21. Le public est invité à se rendre à la rencontre des partenaires de la SNCF engagés et mobilisés autour de la question du climat. Ils seront présents dans ce train spécial… Ce communiqué raisonne comme un slogan publicitaire sur lequel on se prendrait presque à entendre une voix chaleureuse diffusée à travers les haut-parleurs des gares.

Décidément ce sommet international est l’occasion de se payer à bon compte une campagne de communication en se drapant de vert alors qu’au quotidien par sa stratégie d’entreprise encouragée par l’Etat, la SNCF favorise… le transport routier.

Et comme le communiqué officiel souligne la volonté de la SNCF d’aller au plus près de la population, nous l’invitons, ainsi que l’Etat, à repenser pour atteindre cet objectif sa politique de présence ferroviaire sur tout le territoire !! »

Les élus communistes du Havre et Sébastien Jumel, Maire de Dieppe, ont tenu à réagir à travers le communiqué ci-joint : Communiqué train du climat

Assemblée départementale du 6 octobre, le Front de Gauche occupe le terrain

IMG_3737

L’assemblée départementale siégeait le mardi 6 octobre dernier. Bien loin du petit jeu de chausse-trape ou de baballe libérale entre élus de droite et élus socialistes sur le thème du « c’est pas nous, c’est eux » ou du « de notre temps c’était mieux » contre les « c’est mieux maintenant que de votre temps », les 4 élus du groupe communiste et républicain n’ont éprouvé aucune difficulté pour occuper près de la moitié des temps de débat.

Une occupation du terrain public pour dénoncer des logiques libérales identiques, établir des propositions novatrices ou pour relayer les difficultés vécues par les Seinomarins.

Face à une droite départementale qui visiblement se cherche encore, piégée entre ses engagements de campagne, ses contradictions une fois au pouvoir et ses convictions idéologiques, et un PS qui manque singulièrement de souffle, mais en tout cas pas d’air, les élus Front de Gauche sont parvenus à faire vivre le débat autour d’eux et de leurs propositions.

Retrouvez l’ensemble des interventions des élus du groupe sur ce site ou télécharger la lettre d’information « En Direct » à partir du lien suivant : En Direct octobre 2015

 

3e modification du budget du Département : « Mais où est donc votre empreinte ? »

HW1 - copie

Avec la 3e décision budgétaire modificative intervenant après le vote du budget 2015 du Département et inscrite à l’ordre du jour du Conseil départemental du 6 octobre, Hubert Wulfranc a interpellé la majorité de Droite : « Mais où est donc votre empreinte ? Celle de la nouvelle majorité départementale qui s’est fait élire sur le thème – même si cela n’a jamais été dit ainsi je vous l’accorde, et pour cause, le dernier à l’avoir utilisé a grillé la formule : le changement c’est maintenant ! Cette empreinte, nous l’attendions avec le budget supplémentaire en juin. Nous n’avons rien vu. Force est de constater que la décision modificative budgétaire de ce jour ne changera rien non plus ».

Le constat qu’il pose est celui de l’immobilisme : « vous gérez et vous digérez les mauvais coups portés par l’Etat, nous n’allons plus de l’avant. Le bouclier social est percé. Il commençait sérieusement à prendre l’eau avant vous, je vous l’accorde… C’est vrai dans le domaine de l’aide à domicile, dans celui de la prévention spécialisée, c’est vrai également concernant la baisse des investissements départementaux attendus qui soutiennent l’activité économique et l’emploi ». Enfin, il a souligné la baisse considérable des recettes au regard des prévisions, estimant que désormais « il y a péril en la demeure ». Le Groupe communiste et républicain du Front de Gauche a voté contre cette délibération.

Pour télécharger l’intégralité de l’intervention d’Hubert Wulfranc : Intervention HW DM3 version finale

L’agenda accessibilité des collèges : des recommandations à déposer auprès de l’Etat

IMG_4272 copie

La délibération inscrite à l’ordre du jour du Conseil départemental du 6 octobre sur l’accessibilité des collèges a été à l’origine d’une proposition exprimée par Séverine Botte au nom du groupe des élus communistes et républicains du Front de Gauche.

Rappelant que « dans une République, il n’y a que des citoyens, pas de demi citoyens ou de sous citoyens, pas non plus de super citoyens » Séverine Botte s’est réjouit que les « politiques publiques viennent corriger cette injustice en renforçant l’accessibilité des personnes en situation de handicap, notamment à travers les AD’AP comme nous le faisons ici pour les collèges », avant de formuler une proposition : « Nous améliorons ici pour notre part l’accessibilité des collèges en mobilisant 29,8 millions à travers cet agenda programmé qui sera transmis à Monsieur le Préfet. Je propose que l’on y joigne une recommandation de notre assemblée pour que l’Etat soit enfin à la hauteur, non pas seulement en communiquant et en sensibilisant, mais bien en accompagnant cet effort par le recrutement et la nomination dans les établissements scolaires des personnels qualifiés, dotés d’un vrai statut. Personnels nécessaires et attendus pour l’accompagnement des élèves en situation de graves handicaps. Car dans ce domaine essentiel, le compte n’y est pas, loin de là ».

Pour télécharger l’intégralité de l’intervention de Séverine Botte : Intervention SB AD AP

Les moyens de fonctionnement des collèges : un manque de transparence

image_content_general_18845842_20150520070517

La délibération portant sur le montant de la Dotation Globale de Fonctionnement des collèges, inscrite à l’ordre du jour du Conseil départemental du 6 octobre, a fait l’objet d’une demande de précisions exprimée par Séverine Botte : « alors que dans les précédents documents nous avions l’évolution des effectifs d’une année sur l’autre, ces éléments ont aujourd’hui disparu. Dans ces conditions comment vérifier la véracité des chiffres justifiant les baisses de DGF proposées ? Par conséquent, notre groupe vous demande de nous transmettre, Monsieur le Président, le document présentant, collège par collège, l’évolution des effectifs. De même, le rapport indique que l’avis du Conseil Départemental de l’Education Nationale a été recueilli le 3 septembre conformément aux textes réglementaires en vigueur, sans plus de détails. Afin de faire toute la transparence nécessaire nous vous demandons de préciser le contenu de l’avis formulé par cette instance afin d’éclairer le vote des conseillers ».

Puis Séverine Botte est revenue sur la rentrée scolaire qui s’est déroulée « dans des conditions très dégradées : les effectifs augmentent, le nombre de postes créés ne couvre pas la hausse démographique, la réforme des rythmes scolaires imposées aux communes par l’Etat sans les moyens financiers correspondant creuse les inégalités entre les territoires et met à mal plus globalement le principe d’unicité du service public de l’Education Nationale ».

Avant de conclure : « C’est dans un tel contexte que la ministre va aggraver la situation à la rentrée en 2016 avec la réforme des collèges. Celle-ci renforce l’autonomie des établissements et par là même, renforce la concurrence et les inégalités entre les collèges. Cette réforme engendrera une école de plus en plus inégalitaire alors que le Président de la République avait déclaré qu’il ferait de la jeunesse sa priorité ».

Le groupe s’est abstenu sur cette délibération dans l’attente d’obtenir des réponses à ses questions et en raison, comme l’a souligné Hubert Wulfranc, « d’un accident de transparence », ajoutant qu’il trouvait surprenant que des collèges situés en quartier prioritaire de la nouvelle Politique de la ville pourtant très restrictive voient leur dotation baisser…. La Droite et les élus socialistes ont adopté cette délibération.

Télécharger l’intervention complète de Séverine Botte : Intervention SB éducation version finale

Contrat d’agglomération de la région havraise : en attendant la Métropole de l’Estuaire !

Apolemetroplitain-630x0

Le soutien du Département au Contrat d’agglomération du Havre 2015/2020 était inscrit à l’ordre du jour du Conseil départemental du 6 octobre.

Une délibération qui a permis à Jean-Paul Lecoq de se féliciter de ce partenariat en faveur du « développement du Grand Havre, berceau de future Métropole de l’Estuaire ». Mais il a surtout saisi cette occasion pour « rappeler à tous, qu’après la table ronde organisée par l’Etat en juin autour du projet de Canal Seine Nord, les acteurs économiques et institutionnels présents n’ont pas obtenu les réponses qu’ils attendaient et, par conséquent ils ne sont nullement rassurés par les annonces gouvernementales et régionales en la matière, pas plus que les annonces de la visite présidentielle de ce matin dans notre bonne ville du Havre ».

Pour le Conseiller départemental du Havre et Maire de Gonfreville l’Orcher « ces annonces se situent très en dessous des besoins, et sans commune mesure avec les 2 Milliards d’euros sur une facture prévisionnelle de 4,5 Milliards que l’Etat et les collectivités locales concernées dans le Grand Nord – allusion à la fusion des régions Nord Pas de Calais / Picardie – vont mettre sur la table pour la construction de ce canal ». Il a rappelé que « le Contrat de plan Etat Région va, dans le même temps et sur 5 ans, consacrer à l’axe Seine… 95 millions, (118.9 millions plus précisément en ajoutant les contributions des collectivités normandes)… Soit tout juste 6 % de la somme totale engagée pour le Canal ».

Craignant que « la petite musique gouvernementale du tout va bien, hypnotique en la circonstance, ne finisse par endormir certains de nos parlementaires seinomarins qui devraient continuer de se mobiliser avec ardeur pour obtenir les investissements nécessaires à l’avenir des ports normands et des emplois qui leur sont liés », il a rappelé : « le retard considérable pris par nos ports en matière d’investissements fluviaux et ferroviaires, notamment en raison de l’absence d’une véritable volonté de l’Etat sous les différents gouvernements qui se sont succédés depuis 2002 ». Avant de prévenir : « A ce rythme, il faudra un demi-siècle à nos ports pour pouvoir rivaliser avec l’empreinte écologique du canal… ».

Télécharger l’intervention complète de Jean-Paul Lecoq : Intervention JPL contrat agglo