Archive dans 22 février 2024

Le développement durable au Département : Séverine Botte pointe plusieurs contradictions…

Comme chaque année, le Conseil départemental du 22 février prenait connaissance, avant d’en débattre, du bilan annuel de la collectivité en matière de développement durable. Séverine Botte, pour le groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine, a dénoncé le projet routier de contournement Est de Rouen financé par le Département, en totale contradiction avec les objectifs de ce rapport. Elle a également pointé d’autres contradictions dans le bilan présenté et dans les décisions gouvernementales.

« Petit coup de chapeau habituel, pour commencer, adressé à notre collègue Cécile Sineau-Patry et aux équipes de la Direction de l’Environnement, ainsi qu’à tous ceux qui contribuent non seulement à la qualité de ce rapport, mais au-delà, à tous ceux qui font avancer les politiques publiques pour contribuer à résoudre la crise écologique que nous affrontons.

Sur le contenu, une première remarque, habituelle elle aussi, pour souligner qu’à vouloir agglomérer des données tout azimut, ce rapport annuel perd un peu en lisibilité, laissant le sentiment que l’on court après des démonstrations pour prouver notre efficience, alors qu’honnêtement, la réalité de nos politiques publiques en matière de développement durable suffit à étayer le bilan d’étape de notre collectivité.

Je fais référence notamment à toute la partie consacrée à l’accompagnement social et au retour vers l’emploi des allocataires du RSA.

De deux choses l’une : ou il convient de considérer, comme vous semblez l’indiquer en reprenant ces données, que tout ce qui touche au bien-être de la personne relève du développement durable, mais alors dans ce cas, soyons cohérents et objectifs en ajoutant aux éléments repris tout ce qui va dans le sens inverse et donc à l’encontre du développement durable !

Comment ne pas penser à la progression de la précarité et de la pauvreté, au mal logement, aux punitions successives appliquées aux privés d’emploi, à la baisse des APL et on pourrait y ajouter la baisse du pouvoir d’achat ou encore le recul de l’âge légal du départ en retraite.

Lire la suite

Plan d’actions en faveur de la protection de l’enfance : Pour les élus de la Gauche combative, le compte n’y est pas !

Le Conseil départemental du 22 février étudiait le plan d’actions proposé par la majorité des Droites en faveur de la prévention et de la protection de l’enfance, secteur en grande souffrance depuis des années. Cette feuille de route départementale qui intervient dans un contexte d’alertes multiples et de mobilisations constantes des professionnels a été jugée « trop floue », « trop dispersée » ou encore « insuffisamment dotée » par l’ensemble des élus du Conseil, sauf ceux du groupe majoritaire qui ont été les seuls à le voter.

Maryline Fournier, pour le groupe des élus de la Gauche combative, communiste et républicaine est revenue de manière détaillée et étayée sur l’analyse de cette feuille de route, mais aussi pour porter les revendications des travailleurs sociaux.

« Monsieur le Président,

« La protection de l’enfance vise à garantir la prise en charge des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement, à préserver sa santé, sa sécurité, sa moralité et son éducation », telle est la mission assignée par la loi aux pouvoirs publics.

Pourtant, depuis des années, tout le secteur de la protection de l’enfance est en crise grave et les professionnels multiplient les alertes, les mobilisations, en exprimant leur malaise et leur mal être dans des métiers difficiles où ils sont dépourvus des moyens adaptés pour exercer correctement leurs missions. Sans compter des rémunérations très éloignées de l’utilité de leur métier.

Il en résulte une baisse de la qualité du suivi et des prises en charges, un manque de personnels et de places, une inadéquation entre les besoins d’accueil et les capacités, des mesures judiciaires non exécutées et des enfants toujours à la rue.

Pour citer uniquement la dernière alerte reçue, le réseau des Délégués départementaux de l’Education Nationale au Havre, les DDEN, vient de saisir les élus sur la situation d’une soixantaine d’enfants actuellement dépourvus d’hébergement.

Lire la suite

Rapport départemental 2023 sur la laïcité : des avancées saluées par Séverine Botte

Le rapport « laïcité » 2023 établi par les référents laïcité du Département a été présenté devant le Conseil départemental du 22 février. Ce rapport rappelle les principes de la laïcité, les bases législatives et réglementaires qui l’encadrent ainsi que la déclinaison pour les agents publics, les usagers, les élus et fait le compte-rendu de l’activité des deux référents. Pour le groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine, Séverine Botte est intervenue pour saluer les avancées mais aussi pour inviter le Département à poursuivre son engagement pour promouvoir la laïcité.

« Alors que la bourrasque déclenchée par la Ministre Amélie Oudéa-Castéra avant de la balayer, a mis en lumière le fonctionnement du lycée privé Stanislas, à savoir la catéchèse assurée sur les heures de cours, la censure de films, le refus de faire intervenir le Planning familial etc… Il est plus que jamais utile de veiller au respect de la laïcité, pierre angulaire de notre République.

A travers ce rapport, nous réaffirmons notre attachement au conquis social et sociétal que sont ces principes de la laïcité, à savoir la séparation des églises et de l’Etat, dont je veux rappeler qu’ils garantissent à chacun la liberté de croire ou de ne pas croire, la possibilité d’exercer paisiblement son culte, la séparation des sphères publique et privée, ainsi que la neutralité des services publics.

C’est vrai, les principes sur lesquels reposent la laïcité sont trop souvent méconnus. Quelquefois ils sont galvaudés, caricaturés, instrumentalisés ou détournés par des personnes ou des organisations qui ne les acceptent tout simplement pas.

Les fondamentalistes religieux évidemment, mais pas seulement. L’extrême-droite Française s’est toujours opposée à la laïcité avant de subitement se découvrir récemment et fort opportunément une âme laïque, mais pour servir son rejet et la stigmatisation de la religion musulmane.

Lire la suite

Egalité Femmes/Hommes et lutte contre les violences : Christine Morel appelle à faire toujours plus, toujours mieux

Au nom du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine, Christine Morel a réagi au contenu du rapport annuel obligatoire sur la situation dans les effectifs départementaux et sur les actions entreprises par la collectivité pour promouvoir l’égalité femmes/hommes et lutter contre les violences faites aux femmes, présenté et débattu en Conseil départemental du 22 février.

« Monsieur le Président, Chers Collègues,

Alors qu’en ce début d’année Gérard Larcher s’oppose à l’inscription de l’IVG dans la Constitution estimant que la Loi fondamentale « n’est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux », ce rapport qui nous ait présenté sur l’égalité Femmes/ Hommes aujourd’hui trouve encore plus son importance.

Il nous est précieux pour apprécier la réalité, mais aussi les évolutions, de la situation en matière d’égalité Femmes/Hommes, dans la société comme dans notre collectivité. Mais aussi pour évaluer les politiques publiques dans lesquels nous sommes investis, pour lutter contre le sexisme ordinaire, celui que l’on remarque à peine, jusqu’aux violences verbales ou physiques dont sont victimes les femmes.

Je tiens, d’abord, à vous remercier pour l’effort de présentation et les éléments exposés. Il est plaisant d’observer que vous avez su écouter et étudier quelques revendications que mon groupe vous a soumis depuis plusieurs années : je pense notamment à la nomination d’un déontologue en charge de cette problématique et au développement dans ce rapport de la question professionnelle.

Et il est vrai que les questions d’égalité entre les femmes et les hommes avancent en Seine-Maritime, notamment parce que les associations, les communes, les collectivités territoriales y travaillent sérieusement. C’est un travail collectif qu’il faut continuer de mener et les actions présentés dans la deuxième partie du rapport vont dans le bon sens même si nous devons toujours encore faire plus et mieux.

Lire la suite

Les professionnels de la protection de l’enfance de nouveau mobilisés devant le Conseil départemental avec le soutien des élus de la Gauche combative

Comme c’est régulièrement le cas depuis des années, les travailleurs sociaux de la protection de l’enfance, étaient de nouveau mobilisés ce jeudi 22 février devant le Conseil départemental qui débattait notamment de son plan d’action 2024 en faveur de l’enfance et de la famille. Et en effet, il y a urgence à agir, tout le secteur de la protection de l’enfance étant en crise grave.

Les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine sont venus les soutenir et relayer, comme à leur habitude, leurs justes revendications dans l’hémicycle du Département. Ils ont également contribué à ce que les représentants syndicaux puissent s’exprimer devant le Conseil départemental.

(Cliquer sur les images pour agrandir)

Au cours de la séance, c’est Maryline Fournier qui, au nom du groupe est intervenue.

Pour visionner l’intervention de Maryline FOURNIER : Plan actions protection enfance vidéo  – MF

Pour télécharger l’intervention de Maryline FOURNIER : Plan actions protection enfance  – MF

Nicolas Langlois a également pris la parole en séance : 

(Cliquer sur les images pour agrandir)

Lire la suite

Mobilisation pour assurer l’avenir des Centres sociaux

La forte inflation touche les centres sociaux, socioculturels et espaces de vie sociale, alors que les charges augmentent, les subventions stagnent voire diminuent. Aussi, la Fédération nationale des centres sociaux qui regroupent 1.400 centres sociaux dont de nombreux en Seine-Maritime, appelle au « déblocage d’un fonds de soutien exceptionnel pour permettre aux structures de fonctionner normalement, de maintenir des actions en faveur des solidarités, dans un contexte de crise sociale qui augmente les besoins des usagers. »

Les Conseillers départementaux du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine soutiennent la mobilisation des centres sociaux et ont pris différentes initiatives pour contribuer à la satisfaction de leurs justes revendications.

A l’image de la saisine du 1er Ministre par Nicolas Langlois, Maryline Fournier et Laurent Jacques, aux côtés du Député Sébastien Jumel et du Maire d’Eu.

(cliquer sur les images pour agrandir)

Pour télécharger leur courrier : Let PM centres sociaux

Alban Bruneau est venu soutenir les dirigeants et les salariés du Centre social AGIES à Gonfreville l’Orcher.

Pour ouvrir la pétition lancée par la Fédération des centres sociaux : Pétition centres sociaux

Appel pour ne pas appliquer la loi immigration

La loi « asile-immigration » votée par le Parlement fin 2023 constitue un recul inédit des protections et des droits garantis aux étrangers dans notre pays. Cette loi bafoue les principes issus de la Révolution française, restreint l’accès aux prestations sociales et au logement pour les étrangers qui séjournent de manière régulière en France.

32 départements en France se mobilisent comme « bouclier républicain » et n’appliqueront pas le durcissement des conditions de versement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA).

Les élus du groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine au Conseil départemental de Seine-Maritime viennent d’écrire au Président du Département pour lui demander de se joindre à ce mouvement et d’en faire autant.

(cliquer sur l’image pour agrandir)

Pour télécharger la lettre du groupe : Loi immigration  – Pdt

Tribune du mois de janvier : Une bonne année 2024 : C’est possible !

Tribune du Groupe de la Gauche combative, communiste et républicaine

Bulletin départemental du mois de janvier 2024

Une bonne année 2024 : C’est possible !

Nous vous souhaitons une bonne année, résolument solidaire et combative, pour surmonter les difficultés qui obscurcissent le quotidien.

Le dire c’est bien, mais le faire en y contribuant par les décisions politiques que le Conseil départemental est amené à prendre tout au long de l’année, serait encore mieux !

Raison pour laquelle nous nous mobilisons pour faire avancer les propositions que nous portons afin de pouvoir compter sur un Département pleinement engagé à vos côtés.

  • Pour remédier aux difficultés à trouver un médecin en créant des centres de santé départementaux avec des médecins salariés ;
  • Pour en finir avec la crise du logement en augmentant la construction et la rénovation du parc public par le doublement des aides aux bailleurs sociaux ;
  • Pour expérimenter un revenu d’autonomie pour les jeunes ;
  • Pour étendre les dispositifs individuels de solidarité aux salariés modestes dont le salaire ne suffit plus pour payer les factures ;
  • Pour reconstruire et rénover plus de collèges ;
  • Pour décider une baisse généralisée des tarifs de cantine au moment où la Droite applique sa décision de les augmenter dans un tiers des collèges…

Le Département dispose de 188 Millions d’€ disponibles et de 40 Millions d’€ bloqués inutilement pour le projet de contournement routier de Rouen qui ne verra jamais le jour en raison de sa nocivité pour la santé et l’environnement. Il y a donc de quoi faire !

Ce sont ces propositions que nous défendons dans le cadre de la préparation du budget départemental 2024 : gauchecombative.76@gmail.com

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de Janvier 2024